Algérie



Présidentielle et tractations au sommet de l'Etat : Quel avenir politique pour Ahmed Ouyahia '



Le nom d'Ahmed Ouyahia suscite beaucoup d'intérêt politique à l'approche de la présidentielle. Il revient avec insistance dans les interventions et les débats d'une classe politique déboussolée par le manque de clarté des messages politiques véhiculés par le pouvoir et ses démembrements.Tout le monde n'évoque pas Ouyahia de la même manière. Il y a ceux qui le présentent, sans détour, comme un homme plein de qualités et un sérieux prétendant à la succession au président Bouteflika. Parmi eux, certains, comme Abdelaziz Ziari, ancien président de l'APN qui est pourtant d'un autre bord politique, sont allés jusqu'à le déclarer comme le seul homme du régime qui est actuellement pré-qualifié à la magistrature suprême.
Il y a des politiques et politiciens qui le décrivent sous une autre facette, celle d'un homme austère qui serait capable du pire pour le pays. C'est le cas de Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, connue pour sa proximité avec des cercles au pouvoir, qui le considèrent comme «le porte-voix des prédateurs», «le libéral qui veut vendre les actifs de l'Etat» ou encore «l'ennemi de la politique sociale de l'Etat».
Bien que moins prononcé, Abderrezak Makri, président du MSP, le critique aussi.
Le personnel politique opposé à Ouyahia ne se trouve pas uniquement dans l'opposition mais aussi et surtout à l'intérieur du régime politique. Dans leurs critiques, les opposants d'Ouyahia au sein du régime ne s'appuient pas sur sa gestion actuelle, mais plutôt sur celle des années 1990. Ils font ainsi ressortir à chaque fois le très polémique dossier des cadres injustement incarcérés durant la période où il était chef de gouvernement. Une tache noire de son premier mandat à la tête de l'Exécutif durant les années 1990.
Les opposants d'Ouyahia se trouvent au sein même du gouvernement qu'il «dirige». Parmi eux, Tayeb Louh, un poids lourd du gouvernement et le plus ancien ministre sous Bouteflika. Sa dernière salve contre Ouyahia ne remonte pas à loin. C'était au début du mois de novembre à Oran. Devant des magistrats et les autorités régionales, Tayeb Louh avait tiré à boulets rouges sur son «supérieur».
Sans le nommer. Il avait juste rappelé l'emprisonnement injuste de milliers de cadres dans les années 1990, qu'il a qualifié de «faute grave». Il ne s'agissait nullement d'une déformation des propos du ministre de la Justice ni d'une erreur d'interprétation.
Bien assumées, les attaques de Louh ont suscité une réaction du parti d'Ouyahia, le RND, qui a jugé nécessaire de «rétablir la vérité et d'apporter des éclairages sur cette question», qui poursuit le premier responsable de ce parti depuis plus de deux décennies. L'accrochage entre Louh et Ouyahia cachait mal les dissensions au sommet de l'Etat entre les «pour» et les «anti» Ouyahia.
Avant Louh, Ahmed Ouyahia a essuyé plusieurs revers. On se souvient de la signature du partenariat public-privé en décembre 2017, qui a été remis en cause par un communiqué de la présidence de la République. On se souvient aussi de l'annulation de toutes les taxes liées aux documents de l'état civil qu'il avait introduites dans le projet de loi pour 2018.
Les attaques contre Ouyahia n'ont jamais cessé depuis son retour en août 2016, suite au limogeage au pied levé de Abdelmadjid Tebboune. En arrière-plan de ces critiques, il y a la présidentielle de 2019. La visibilité politique d'Ahmed Ouyahia, qui marque des points à chacune de ses retentissantes sorties médiatiques, semble beaucoup déranger ses adversaires politiques au sein de l'appareil de l'Etat qui cherchent inlassablement à réduire son influence, lui qui n'a jamais caché son ambition présidentielle.
Le coup de massue qu'a reçue son parti aux dernières sénatoriales renseigne sur l'intensité de cette guerre des tranchées qui risque de s'accentuer dans les prochaines semaines et mois. Ahmed Ouyahia bénéficie-t-il de suffisamment de soutiens pour poursuivre son parcours politique ' Ses adversaires vont-ils réussir à l'empêcher de jouer les premiers rôles politiques ' On le verra bientôt.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)