Ain Témouchent - Oulhaça El Gheraba


Présentation de Oulhaça



Présentation de Oulhaça
Souk El-Tenine ou le marché du lundi, cette localité - plus habituellement connue sous le nom de Oulhaça - est au rang de commune depuis 1958. De vocation agricole - une agriculture montagneuse - la région de Oulhaça est aujourd’hui un véritable grenier du pays. Chaque jour partent de cette partie de l’extrême-ouest vers d’autres wilayate, plus de 300 gros camions chargés de produits agricoles, notamment en cultures maraîchères, céréales et légumes secs. Relevant de la wilaya de Aïn Témouchent, la commune de Oulhaça compte 16.000 âmes et 42 douars épars à travers une zone montagneuse de 87 km², dont les plus peuplés sont le chef-lieu de la commune Souk El-Tenine, Tedmaya , El-Hedahda, Zouanif El-Thata et Sidi-Rahmoune. Oulhaça, c’est aussi Rachgoun rive gauche, Siga, Ouled Bounouar, Sidi Hasasna, Zouanif El-Fouaga, El-Chaâbna, Reguagna, Aïn Ouarda, Ouardania-plage, Sidi El-Gazouli, Sidi Yacoub, Zouiouia... Oulhaça, c’est aujourd’hui 30 km de nouvelles routes. Depuis 2002 et grâce aux efforts consentis de l’APC, tous ces hameaux ne souffrent plus d’isolement. Des ouvertures de pistes ou de nouveaux chemins de wilaya (CW) ont permis à ces douars de rattraper le temps et s’intégrer dans le développement local. Ces moyens de communication entre les hameaux ont été multipliés grâce aux 22 milliards de centimes injectés dans les travaux publics. Cinq gros projets (dont 04 en PCD) ont été réalisés en l’espace de 02 années, soit au total 30 kilomètres de chemins de wilaya et vicinaux. Le tronçon qui relie la RN 22 au CW 104, soit 18 km et qui a coûté 14 milliards de cts, a désenclavé une grande partie de la commune. Le chemin vicinal n° 13 a fait aussi l’objet d’un revêtement et d’un agrandissement sur 3,7 km. Les habitants de Ikoud et Sidi Aïssa, 02 douars retirés, ont vu des chemins s’ouvrir vers eux. Dans le cadre du PSD, d’autres pistes vers d’autres douars ont été réalisées par les services des forêts ou de l’agriculture. Cependant, en matière d’AEP, les 18 stations de pompage et 20 châteaux d’eau gérés par l’APC ne suffisent pas pour satisfaire régulièrement la distribution en eau potable. Les regroupements de vie sont dispersés, les terrains accidentés et le réseau souvent irréalisable. A Souk El-Tenine, nous affirme le maire, l’eau coule dans les robinets seulement une heure tous les 03 jours. Pis encore, dans certains douars, c’est une fois par semaine. Quelques rares foyers disposent de puits. L’opération qui doit faire l’objet de permis de creuser coûte cher. La nouvelle station de pompage de Zouanif El-Thata, qui a valu 1,5 milliard de cts, a quelque peu solutionné une partie du problème dans cette partie basse de la commune. Cependant, 7 autres opérations en AEP touchant d’autres douars, comme Zouanif El-Fouaga, Rachgoun et même Souk El-Tenine, sont retenues pour 2005, nous dit-on encore. Même tout ça reste insuffisant. Par ailleurs, et en matière d’assainissement, la commune a fait un grand sursaut. Pas moins de 14 projets (dont 11 en PCD) ont été inscrits et réalisés en 2004. Neuf opérations ont concerné Rachgoun, El-Hadhda, Siga, Ouled Bounouar, Sidi Hasasna et ont coûté 2 milliards de cts. La principale conduite du douar Hadhda a été aussi rénovée sur 1,7 km. Elle aura coûté 500 millions de cts. Par contre, le point noir c’est le gaz de ville. Le réseau du gaz de ville n’existe même pas à Oulhaça. La bouteille de butane reste le seul moyen. L’APC mise énormément sur cette commodité pour décrocher une enveloppe pour l’année 2005, nous dit le maire. Oulhaça, c’est aussi un lycée, 02 CEM et 14 écoles. Avec 14 autocars, l’APC arrive à assurer totalement le transport scolaire. Chaque jour, tous les enfants scolarisés des 42 douars sont atteints. Oulhaça, c’est aussi une polyclinique et 8 salles de soins. Oulhaça, c’est encore 32 mosquées, 02 écoles coraniques (Souk El-Tenine et Sidi Rahmoune) et 02 zaouïate très réputées (Sidi Yacoub et Sidi El-Gazouli). Dans cette dernière, Cheikh Si-Abdelkrim continue toujours d’offrir ses services pour guérir ou faire épargner, par son pouvoir successible, ses patients des morsures de serpents.



Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)
Numéro commentaire : 5139
Posté par : bouziane BENHADDA
Profession : fonctionnaire
Ville : souk el tenine
Date : 11/04/2010
Message : salut ! d'abord je tiens a ajouter que OULHACA n'a pas était depuis l'année 1958 mais bien avant cette date car avant l'invasiondu colonialisme français il y avait bel et bien une commune dont la gérance était appellé ' ELHKOUMA ' qui se situait a SOUK EL TENINE plus précisément entre le magasin de mostapha BENMOKRANE et une ruelle allant vers l'abattoir public en plein air et de l'autre coté l'épicerie de son frère HADJ MAKRANE que dieu prolonge sa vie car lui c'est un trésor d'histore sur notre région en générale et plus particulièrement OULHACA , j'aurais inchallah le temps bientot car j'y serais a la retraite là j'ajouterais d'autres commentaires et peut ètre des images sur S.TENINE / OULHACA, très bonne continuation