Algérie - Revue de Presse


POINT ZERO



Qui fête qui ? Comme deux soldats alignés dans un défilé, les 5 Juillet d?Algérie se suivent et se ressemblent, confirmant l?usage qui tend à faire de cette fête nationale la fête de l?armée au lieu de celle de tout un peuple. Cette année encore, l?essentiel de la commémoration a été consommé en direction de l?ANP et, pour la version 2004, l?Algérie s?est enrichie de 14 nouveaux généraux, dont 4 majors. Est-ce un signe de bonne croissance ou d?inflation ? Les économistes pourront répondre à cette question, le temps d?en poser une autre : comment le 5 Juillet est-il devenu simple occasion de promotion militaire, semblable à l?Aïd El Kebir, qui a lentement dérapé en une fête des maquignons, ou le Mouloud devenu au fil du temps l?anniversaire des importateurs de pétards ? Comme chaque année, les plus optimistes s?attendaient à un discours plus novateur, à de profondes réformes du droit à l?égalité, à la représentativité et au progrès collectif, tels qu?inscrits dans la Déclaration de Novembre. Comme chaque année, les plus pervers s?attendaient à de spectaculaires limogeages, et les rumeurs habituelles (le général Lamari va enfin rentrer dans sa caserne) ont vite été effacées par la réalité des équilibres. Il n?y a rien eu de tout cela, mais cette militarisation des fêtes nationales civiles amène quelques réflexions à offrir au comité de préparation du 5 Juillet 2005 ; Bouteflika faisant régulièrement de vibrants hommages à l?armée au cours de l?année, pourquoi doit-il le faire encore le 5 Juillet ? Deuxième question, y a-t-il un rapport entre l?indépendance algérienne et l?armée ? A première vue oui puisque, officiellement, l?ANP est la digne héritière de l?ALN. Mais à deuxième vue, cet héritage n?a-t-il pas été transmis à toute la population, fière du combat de ses pères ? Si. Alors pourquoi ne pas offrir une promotion à tous les Algériens en les nommant citoyens ?




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)