PARUTION Le naufrage de la lune, premier ‎roman d’Amira-Géhanne Khalfallah




PARUTION Le naufrage de la lune, premier ‎roman d’Amira-Géhanne Khalfallah
Dans "Le naufrage de la lune", la romancière Amira-Géhanne Khalfallah fait revivre, dans une fiction ‎originale, à son lecteur un épisode important et oublié de l'histoire de la ville de Jijel attaquée par la marine ‎du royaume de France en 1664 alors que cette ville échappait à la dominance de la régence ottomane ‎d'Alger. Ce premier ouvrage de l'écrivaine, paru aux éditions Barzakh, revient, en 207 pages, sur la ‎campagne de Gigéri de 1664 avec un équilibre entre la fiction servie par des personnages atypiques et des ‎sources historiques ayant documenté cette épisode. Dans sa première partie, le roman oscille entre le ‎récit d'un quotidien d'une autre époque rythmé par la mer et la pêche dans la ville de Gigéri (Jijel) et une ‎campagne militaire en préparation, sur ordre du roi Louis XIV, entre les murs fastueux du nouveau palais ‎de Versailles encore en construction et qui accueille les dernières créations artistiques de Molière et de ‎Jean-Baptiste Lully. Plusieurs petits destins, drapés de mystères et régis pas des traditions d'époque, ‎tissent le quotidien de Gigéri, à l'image de l'énigmatique Raïs Mahmoud, toujours plus à l'aise en mer que ‎sur la terre ferme, sa femme Thiziri, mystique jeune mère de famille qui interprète les rêves et éblouit ‎par sa beauté, ou encore la vieille tante Neffa et d'autres personnages évoluant autour du port de pêche. ‎La campagne militaire, décidée pour conquérir une place honorable à la France dans le bassin ‎méditerranéen où les navires ottomans règnent en maîtres incontestables, est relatée depuis les salons ‎de Versailles et le port de Toulon telle que vécue par Jean-François, un jeune médecin, séduit par la ‎médecine pratiquée sous d'autres cieux, embarqué dans les navires. A l'aube du 22 juillet 1664, les ‎navires français embrasent le ciel de Gigéri et pilonnent la ville jusqu'à la fin de la journée, "la montagne ‎bombardée, (...) ou la nature règne de toute sa puissance, (...) se faisait tambour (...) et brûlait, mourait et se ‎relevait à chaque fois". Soutenus par les navires de l'ordre de Malte, près de 5000 soldats du royaume ont ‎débarqué sur cette terre, qui leur paraissait si hostile pour établir une base navale permanente et une ‎fortification dans cette ville qui échappe à la dominance de la régence pour faciliter la lutte contre les ‎régences d'Alger et de Tunis. Le décor du roman s'installe par la suite dans la demeure fastueuse de ‎Chabane Agha à Alger, le souverain prépare lui aussi un assaut contre Gigéri et se délecte du cadeau ‎offert par le Roi Soleil.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)
X

Notre page facebook