Algérie - Revue de Presse


Parti des travailleurs

« La loi de finances rétablirait l?exploitation sauvage » Réuni durant le week-end en session hebdomadaire, le Parti des travailleurs (PT) a encore une fois tiré la sonnette d?alarme sur les dangers qu?encourent les richesses naturelles, les mines et les hydrocarbures notamment. Ainsi, pour le parti de Louiza Hanoune, la loi de finances 2005 rétablirait l?exploitation sauvage, le pillage de nos richesses nationales et l?indigénat, privant la majorité du peuple du droit à la santé, à l?instruction et à la dignité. La nation algérienne, indique le PT, « doit vivre dans l?unité et l?intégrité de son territoire national, de celle de ses deux composantes linguistiques ». Le PT soupçonne des « convoitises étrangères féroces » qui mettraient en péril « la principale conquête du peuple algérien, le recouvrement de la nation ». Pour le Parti des travailleurs, l?Etat est menacé par le démembrement par la contractualisation de la Fonction publique, le désengagement de ses missions sociales et de contrôle et par la disparition des recettes douanières. Près de 145 milliards par an. Auxquels se greffe « l?exonération des charges pour les pseudo-investisseurs étrangers de l?ordre de 105 milliards de dinars/an », selon le PT. Profitant du 50e anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération, le PT met en garde contre les injonctions extérieures qui poussent, selon lui, notre pays vers l?abîme. Pour le PT, accepter ces injonctions (du FMI, BM et l?OMC), « c?est accepter de défaire tout ce pourquoi le peuple algérien a lutté ». Alors pour le PT, « ce cours étranger dévastateur doit être stoppé ». Le Parti des travailleurs met une fois de plus l?accent sur la nécessité d?une assemblée constituante souveraine dotée de tous les pouvoirs pour parvenir à rétablir la paix véritable pour les citoyens.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)