Oran - Taxis


Oran, Taxis de la corniche : la polémique avant l’heure



Cinq ou six mois avant la date prévue, le transfert de la station des taxis de la corniche sise près du lycée Pasteur est déjà au centre d’une polémique.

En prévision de l’ouverture du consulat français en cours de réalisation au niveau du lycée Pasteur, cette station qui accueille plus de 300 taxis sera délocalisée vers un autre site, a-t-on appris auprès du Syndicat national des transporteurs et des taxieurs (SNTT). Le transfert s’impose, selon les autorités locales, car il est indispensable de dégager le périmètre du consulat pour les besoins d’accès et de sécurité. D’autant que, soulignent les mêmes sources, cette station est fréquentée par un nombre important de taxis et d’usagers et l’activité y est d’une telle ampleur qu’un consulat de cette taille ne s’en accommode pas. Cette station très affluée à longueur d’année, mais particulièrement durant la saison estivale, est connue pour l’encombrement de la circulation qu’elle génère sur presque tout le périmètre du consulat, d’où, explique-t-on, la nécessité de la transférer ailleurs.

Cependant, la décision du transfert est contestée par bon nombre de chauffeurs de taxis qui restent peu convaincus par les arguments des autorités concernées. Interrogé, un chauffeur de taxi qui attendait son tour de rôle lâche: «ici, c’est le seul endroit qui convient pour les taxis de la corniche. C’est vaste, accessible et il y a de la place pour tout le monde. De plus, le stationnement et la prise en charge des clients se font toujours dans de bonnes conditions. Nous stationnons assez loin de l’édifice du consulat. Je ne vois pas en quoi notre station va gêner. Mais quand on veut se débarrasser de son chien on dit qu’il a la rage !». Et un autre de renchérir: «où veulent-ils nous expulser ? On est bien là, les usagers aussi, interrogez-les ! Je ne pense pas qu’il y ait un autre endroit qui convienne pour les taxis desservant Mers El-Kébir, Aïn El-Turck, Bousfer, El-Ançor et les Andalouses. Les transférer ailleurs, c’est résoudre un problème en créant un autre, qui serait pire d’ailleurs. Et puis nous sommes contre les décisions unilatérales. Qu’on nous consulte, nous sommes concernés après tout !».

Selon un représentant du SNTT, «la direction des Transports nous a consultés à cet effet. En ce qui concerne notre syndicat, le transfert est une mesure qui s’impose. Il faut être objectif et raisonnable. Mais nous avons formulé un nombre de conditions qui sont en fin de compte celles de la corporation. Nous exigeons un nouveau site qui ne soit pas loin de l’itinéraire, ni étroit ou difficilement accessible. Ainsi, nous avons proposé trois sites: la rue de Palestine (ex-boulevard de l’Industrie), la rue Boumendjel et un site à hauteur de Karguentah. Ce sont des endroits qui nous conviennent bien. Le choix sera porté sur l’un d’eux». El le même syndicaliste d’ajouter par ailleurs: «il y a actuellement 280 taxis possédant l’agrément de la ligne corniche, auxquels il faut ajouter une vingtaine qui y activent à titre provisoire durant la saison estivale. Notre premier souci actuellement, ce sont les transporteurs clandestins qui nous tracassent et nous narguent ici même, c’est-à-dire sur la station des taxis près du lycée Pasteur. Quotidiennement, des taxis clandestins, y compris des fourgons, viennent à ce niveau et font le ramassage des clients devant les yeux impuissants des transporteurs agréés. Nous lançons un appel urgent aux autorités locales pour intervenir».

 







Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)