Oran - Hopitaux et Cliniques


Oran, Polémique autour de l’Hôpital Ami des Bébés



Lancée en 1997 à la clinique Point du Jour après une première expérience tentée à la clinique Les Planteurs, l’initiative «Hôpital Ami des Bébés» (IHAB) est remise en cause pour non-respect de la procédure administrative. Près de dix ans après, cette clinique attend toujours ce label qui ne peut être donné que par des instances nationales et internationales, conformément à des critères mondiaux reconnus par l’UNICEF et l’OMS. Selon le coordinateur de la commission du programme périnatal, M. Laben, présent hier au séminaire international sur la néonatologie, organisé à l’hôtel Sheraton, «la demande de ce label doit obligatoirement être faite par les chefs d’établissements hospitaliers. Ni les médecins ni les associations de santé ne peuvent se substituer pour faire cette démarche administrative. Or pour la clinique Point du Jour, aucune demande ne nous a été adressée jusqu’à présent et ne nous savons pas quel travail a été effectué au niveau de cet établissement à l’exception d’une opération d’expertise que j’ai faite en 1999 et dont le rapport a été insatisfaisant». Ces déclarations ont créé une polémique. Selon le même interlocuteur, le label ne peut être réclamé que par les directeurs des hôpitaux et dans ce cadre, la clinique ne peut pas être reconnue comme initiative Hôpital Ami des Bébés. Un avis que le chef de projet, Mme Benbrahim, absente à ce séminaire, ne partage pas. Selon elle, «la demande du label a été faite par le directeur de la Santé en 2001. De plus, une évaluation a été faite au cours de cette même année par un responsable du ministère de la Santé. En 2004, l’établissement a reçu une visite d’inspection du représentant de l’UNICEF. Le label devait être remis en 2005 mais tout est bloqué jusqu’à présent». Intervenant lors de ce séminaire, le ministre de la Santé a tenu à rendre hommage au chef du projet de la clinique Point du Jour pour le travail effectué avant de poursuivre son allocution. Il annonce dans le cadre de l’application de ce programme que le suivi permanent des femmes enceintes par un médecin est devenu une obligation et non un choix. Ceci pour la protection de la mère et de l’enfant. L’objectif du programme est de réduire la mortalité infantile et maternelle.


 






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)