Oran - Sirat Boumedienne

Onze ans après son décès, Sirat Boumedienne revient cette semaine



Son nom est indissociable du géant du théâtre Abderahmane Kaki, qui l’a découvert et lui a confié plusieurs rôles dans plusieurs pièces théâtrales (El Guerrab Oua Salhine en 1966, Koul Wahed Ou Hakmou 1967...) où encore, son nom est associé a El F’haïmi ( l’intelligent). El Menouer(l’illuminé) El Khadjoul( le timide, il s’agit du comédien Sirat Boumedienne.
Il est natif d’Oran en 1947. Avant de se consacrer entièrement au théâtre, Sirat Boumedienne était agent de saisie (dactylographe).
Ayant intégré le théâtre à la fin des années 60, il a interprété avec brio des rôles de premier ordre. Il est monté sur scène avec l’artiste Boualem Hadjouti dans ses pièces ( Litham, Li Kla Y Ekhelles, Boulout). Sirat Boumedine a également interprété avec un autre maître incontestable du théâtre, en l’occurrence, le défunt Abdelkader Alloula, des pièces immortelles.
Il s’agit des pièces El Algue, El Khobza, Hammam Rabbi, Litham, Ledjouad, Toufah et dans la pièce de création collective, intitulée El Meïda. En 1990, Sirat Boumedine rejoint la coopérative du 1er Mai, créée par le défunt Abdelkader Alloula.
Deux ans après, soit en 1992, El F’haïmi se déplace à Alger où il rejoint ses amis de la troupe indépendante El Kalaâ, composée des comédiens Mkio Sakina (Sonia), Mohamed Ben Guettaf, Ziani Cherif Ayad et le défunt Azzedine Medjoubi.
Sirat Boumedienne participe activement dans cette troupe. Il a joué dans la pièce «Mille saluts à la vagabonde» de Mohamed Dib, le dernier des prisonniers de Mohamed Benguettaf, réalisée par Ziani Chérif Ayad.
Le défunt Sirat Boumedienne a à son actif aussi des participations TV à l’antenne d’Oran. On peut citer entre autres l’émission Ayche Bel Hef, de Mohamed Houidek, la série de Chaïb Lekhdim, du réalisation Zakaria, ces deux feuilletons qui traitent les fléaux sociaux sous forme de comédies. Le parcours du défunt Sirat Boumedienne ne s’est pas limité seulement au théâtre et à la télévision. Il a également interprété deux rôles importants dans deux films cinématographiques en 1990, le premier intitulé Sous les cendres, réalisé par Adelkrim Baba Aïssa et le deuxième Hassan Nia de Ghaouti Ben Deddouche.
Sirat Boumedienne a pris part aux différents festivals du théâtre professionnel, organisés un peu partout en Algérie et à l’étranger.
Il a obtenu en 1986 le prix de la meilleure interprétation au festival de Carthage ( Tunisie), son concurrent d’alors n’était autre que l’égyptien Abdellah Ghaïth. Comme il a été honoré le 3 janvier 1995 lors du premier festival maghrébin du théâtre, organisé à Oran. Le théâtre de Sirat Boumedine est la précision de voir les choix la manière d’interpréter en même temps plusieurs rôles, que ce soit sur les planches ou en face des caméras.
Il se caractérise aussi par ses compétences créatives et technicités de mouvement corporel. Le nom de Sirat Boumedienne est indissociable de ceux de Abderahmane Kaki, Boualem Hadjout, Abdelkader Alloula , Khelladi Mohamed, Azri Ghaouti, Bachir Bounab, Abdelkader Belkaïd, Himour, Zellal Bel Mokadem et tant d’autres qui ont honoré et fait du théâtre national et régional d’Oran ce qu’ils sont aujourd’hui.
Il a participé à plus de 20 pièces théâtrales, dont la plupart était avec le défunt Abdelkader Alloula.
Sa dernière production remonte à 1994, où il a été l’acteur principal du film «L’image», réalisé par Hadj Rahim. La maladie qui terrassait Sirat Boumedienne ne lui faisait pas mal au même titre que les maux qui commençaient à frapper le théâtre.
A cet effet, il a milité tant bien que mal pour promouvoir le septième art, en créant le triangle vert.
En compagnie de Mohamed Bekthi, l’espace créé s’appelant aussi le café du théâtre, le but était de réunir les artistes pour éviter d’éventuelles malencontreuses surprises.
Hélas, Sirat Boumedienne s’en va, un certain 20 août 1995, à l’hôpital de Mostaganem, ville dans la quelle il a pris part au 27ème festival du théâtre amateur, il quitte a jamais les planches, emportant avec lui les séquelles d’un long parcours qu’il a gardé pour lui, sans souffler mot du mal qui le terrassait. Sirat Boumedienne s’est éteint à l’âge de 47 ans, un certain faradique 20 août 1995. Onze ans après, le milieu théâtral d’Oran se déclare toujours en deuil.
Endeuillé en même temps par les pertes du constructeur du théâtre algérien a l’image des défunts Ketab Yacine, Mustapha Kateb, Abdelkader Alloula, Azedine Medjoubi, Chaïb Lekhdim revient cette semaine. Au fait, il est toujours vivant, d’ailleurs le théâtre technologique d’Oran a décidé d’instaurer le prix intitulé Sirat Boumedienne à partir de la 9ème édition du festival du théâtre technologique, organisé annuellement par l’association El Amel.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)
Numéro commentaire : 1768
Posté par : BM
Profession : .
Ville : Paris
Date : 22/08/2008
Message : J'avais comme camarade de classe, sa fille Yamina (au collège Bouhafs). Allah yarhmeh...et si quelqu'un peut me donner des nouvelles de Yamina, je serai ravi !



X

Notre page facebook