Algérie - Revue de Presse


Nouvelles de Constantine



Chutes de tension à Aïn Nehas Les problèmes des chutes de tension continuent de causer des dégâts aux habitants de la petite localité de Aïn Nehas, située à une dizaine de kilomètres de la ville d?El Khroub, non loin de la RN 3. La situation qui dure depuis déjà plus de deux années, selon eux, s?explique par la capacité insuffisante du transformateur électrique qui alimente aussi les douars environnants. Pour l?APC d?El Khroub, la localité qui a accueilli au début de sa création les sinistrés du séisme de 1985, a connu une extension notoire avec la multiplication des foyers et l?avènement des constructions du type évolutif. La demande devenue trop importante en énergie électrique nécessitera une étude pour l?installation d?un nouveau transformateur, prévue avant la fin de l?année en cours, et qui règlera définitivement le problème des chutes de tension. On apprendra par ailleurs du P/APC d?El Khroub, que l?autre souci des habitants, à savoir l?alimentation en eau potable, est bien pris en charge. Alors que les deux forages alimentant Aïn Nehas en eau potable sont devenus insuffisants en raison d?un débit trop faible, une étude a été réalisée pour amener l?eau à partir du réservoir de la région de Massinissa. Le projet déjà entamé et qui a atteint un taux de réalisation de 30%, devra être réceptionné avant la fin de l?année en cours. Pourquoi (pas) le Brésil AU CCF C?est le titre du film de Laetitia Masson qui sera projeté ce jeudi 1er mars à 17h au Centre culturel français. Ce long métrage de 1h 32mn, produit en 2004, est un drame à mi-chemin entre la vérité et de la fiction, au confluent du cinéma de sensations et d?une réflexion sur le cinéma, que bon nombre de critiques jugent abstraite. C?est l?histoire d?une réalisatrice de cinéma qui se retrouve tout à fait paumée et sans le sou, avant qu?un producteur ne vienne lui proposer l?adaptation d?un film complexe, non seulement du fait qu?il soit écrit par un auteur contemporain, mais encore, ce dernier compte parmi ses amis les plus proches. Joignant la fiction au journal intime, le film, irritant, drôle dénote d?une trame qui démonte les difficultés de la création artistique et, en parallèle, affirme les contours d?une quête de soi et de la vérité. Un livre qui se donne pour mission d?adapter un film et vice-versa, jusqu?au renoncement, et c?est alors que le film est fait. La critique s?accorde enfin, le film est une réussite d?autant que la distribution des rôles rassemble des artistes de renom, dont Elsa Zylberstein, Marc Barbé, Daniel Auteuil, Francis Huster, etc., un beau film à voir absolument. Classement des hôtels Des étoiles vont tomberUne année après une première tournée à travers les hôtels de la ville, et quelques semaines seulement après un second passage pour évaluer l?application de ses consignes données aux gérants des établissement en matière d?hygiène et de la qualité des services, la commission intersectorielle devra rendre son verdict la semaine prochaine. Composée des représentants du ministère du Tourisme, de l?Office national du tourisme, de la direction de la santé et de la Protection civile, la commission a émis de nombreuses réserves pour non-respect des conditions établies pour une meilleure prestation de services dans le secteur du tourisme. Selon les informations parvenues de la direction du tourisme, certains établissements hôteliers à Constantine ont fait des efforts notables pour lever les réserves, alors que d?autres continuent toujours de tourner le dos à la réglementation. A ce propos, on apprend que des hôtels seront déclassés alors que d?autres, devenus vétustes, seront carrément fermés. Il s?agit principalement de certains hôtels anciens, situés au centre-ville de Constantine. Pour rappel, la wilaya de Constantine compte actuellement 23 établissements hôteliers fonctionnels, dont 2 se trouvent dans la ville d?El Khroub. Six seulement parmi ces hôtels sont classés d?une étoile à quatre. Christophe Luxereau expose Regards sur la beauté artificiellePour les nombreux visiteurs qui ont fait le déplacement au CCF, samedi dernier, à l?occasion du vernissage de l?exposition de Christophe Luxereau, il fallait prendre tout son temps pour mieux s?imprégner des ?uvres tellement travaillées qu?elles semblaient plus vraies que nature. Sur huit photographies tirées de l?univers des films de science fiction, dont l?influence apparaît clairement, Christophe Luxereau puise énormément de son expérience dans le monde de l?animation tout en usant de ses talents acquis après des études d?art classique en peinture et une formation en génie civil. Il se consacre depuis 1986 à la photographie, où il développe son sens de la composition, et où il commence à fignoler ses images sur ordinateur dès 1995. Travaillant dans des magazines de publicité, il crée des ?uvres dans lesquelles il use de techniques modernes pour faire épouser le corps humain à la matière, ce qui donne un travail fortement esthétique. Dans « Rêve d?Icare », « Squelette chic », « Bijoux acoustiques », « ?il de lynx », « Doigts de fée », « Pied de biche », « Précieuse articulation » et « C?ur artificiel », Christophe Luxereau lance une invitation pour savourer, sans modération, la beauté et l?élégance sur des fonds chauds et accueillants, le temps d?une vibration aux rythmes des formes et des couleurs. Electrumcorpus de Christophe Luxereau Exposition du 24 février au 29 mars au CCF


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)