Alger - Revue de Presse


Nouvelles de Annaba



L?AMBASSADEUR DE FRANCE à Annaba Si pour les uns, Bernard Bageolet , ambassadeur de France à Alger, est resté à peine 5 minutes à la Chambre de commerce et d?industrie de Seybouse, pour d?autres le diplomate a discuté durant 90 minutes avec les représentants des opérateurs économiques de Annaba, Guelma et El Tarf. « Malgré l?écart de langage dont s?est rendu auteur son consul général à Annaba à l?issue de la réunion, Son Excellence l?ambassadeur a qualifié de très pertinentes nos questions sur l?investissement des Français dans notre pays », a affirmé Boushaba Mohamed Ridha, membre du bureau de la CCI. En réponse aux préoccupations de ses interlocuteurs algériens de Annaba, le diplomate français a estimé que les médias français n?hésitent pas à manipuler les informations sur l?aspect sécuritaire en Algérie dans le sens préjudiciable aux deux pays. 36 PERSONNES SOUS MANDAT DE DéPôT Plus de 250 personnes se sont rendus auteurs, d?une manière ou d?une autre, des crimes et délits contre les personnes, les biens, la sûreté publique, des infractions économiques, trafic de stupéfiants et la délinquance juvénile. Avec les commissions rogatoires, l?instruction du parquet et les mandats de justice, ils forment 753 affaires qu?ils ont eues à traiter du 10 au 16 mars. Présentées devant les magistrats des tribunaux de la juridiction de Annaba, 36 d?entre elles ont fait l?objet d?un mandat de dépôt, de mise en liberté provisoire et 33 autres une citation directe. Si les services de la sûreté de wilaya de Annaba ne signalent aucune conduite en état d?ivresse et que 1150 conducteurs ont été sanctionnés par des amendes, 47 autres ont fait l?objet de retrait de permis de conduire pour défaut du port de la ceinture de sécurité, l?utilisation du portable ou l?excès de vitesse. Signalons qu?un agent de l?ordre public a été agressé tôt le matin du 18 mars par 2 individus qui lui ont enlevé son arme de service. Celle-ci a été récupérée le jour-même avec l?arrestation des deux agresseurs dont un en liberté conditionnelle.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)