Béjaia - Hasaïne Mouloud


MOULOUD HASSAÏNE (1922 - NOVEMBRE 2006) : Hommage à un grand patriote ignoré



Si certains sont glorifiés à leur mort, parfois même exagérément, d’autres par contre disparaissent dans l’indifférence de ceux qui doivent leur rendre en premier l’hommage, bien mérité, pour leur contribution à la libération de l’Homme culturellement et politiquement. Aussi, il est navrant de relever que le 21 novembre dernier est décédé à Oran un grand militant de la première heure, Mouloud Hassaïne, sans que les autorités locales ou nationales ne se souviennent ou se rappellent de sa contribution à la restauration de la souveraineté nationale, à laquelle il a oeuvré pendant plus de 50 ans. C’était une mémoire mais aussi une référence dans le combat douloureux, mais victorieux à la fin, pour que l’Algérie vive libre et indépendante. Il était connu et apprécié non seulement à Oran ou dans l’Oranie mais aussi dans toute l’Algérie tant ses actions patriotiques étaient multiformes.
Né le 28 novembre 1922 à Kalaa Béni-Abbès (wilaya de Béjaïa), région qui a été un vivier de patriotes et qui a joué dans l’Algérie précoloniale un rôle important dans l’épanouissement de la civilisation musulmane dont l’Algérie éternelle est fière pour cette contribution au rayonnement culturel universel, il rejoint, dès 1932, avec ses parents la ville de Sig (wilaya de Mascara), alors âgé de 10 ans.
A cette époque, Sig est en pleine renaissance culturelle grâce aux idées modernistes de la Nahda qui agitent le monde arabe, diffusée par l’Association des oulémas algériens, dont le représentant local n’était autre que Cheikh Larbi Tébessi, qui sera assassiné par l’armée coloniale en 1957 à Alger. Le jeune Mouloud, accompagnant son père, suit avec soif et enthousiasme les cours d’exégèse du Coran de ce tribun et pédagogue qu’est Cheikh Larbi Tébessi. C’est le début de son apprentissage politique et de sa formation culturelle puisée aux sources authentiques de l’Islam libérateur de l’Homme.
Sa conscience s’aiguise et, l’âge aidant, il mesure de plus en plus la déculturation des Algériens provoquée par le colonialisme. Il cherche la voie qui doit lui permettre de contribuer à l’éveil de l’Algérie muselée et devant aboutir à sa libération. Il s’inscrit au mouvement scout qui va être pour lui une école de formation et de discipline patriotiques. Mais Sig est un espace restreint pour lui pour des actions patriotiques d’éclat et de rupture avec la colonisation. C’est alors qu’il s’installe en 1942 à Oran comme tailleur. Très vite, grâce à son charisme, son atelier devint un lieu de discussions sur la situation sociale et politique de l’Algérie de l’époque. L’occupation de la France par l’Allemagne nazie est pour les patriotes algériens un signe que le colonialisme français n’est pas invincible.
Le scoutisme, les oeuvres caritatives et les cours à la Médersa El-Falah, fondée en 1937, occupent une grande partie de son emploi du temps quotidien, délaissant parfois son métier. Les massacres de Mai 1945 dans le Constantinois, les arrestations massives à Oran et dans plusieurs autres villes après des manifestations pacifiques des Algériens fêtant la fin de la Deuxième Guerre mondiale, vont galvaniser à jamais le jeune Mouloud, qui prend encore plus conscience de la situation dramatique de l’Algérien colonisé et clame avec véhémence que l’Algérie occupée par les armes ne sera libérée que par les armes, parce que le colonialisme ne tire aucune leçon de l’Histoire en mouvement.
En 1946, il se lance dans l’action politique au sein du MTLD, la partie visible du PPA clandestin, dont il fait partie, prônant l’indépendance nationale. L’administration coloniale le surveille et il est souvent inquiété par les services de police. Il reste inébranlable dans ses choix patriotiques. Son atelier de Médina Djdida sera un lieu de rencontres et de relais pour les patriotes clandestins ou recherchés.
Le trucage des élections en 1948 pour l’Assemblée algérienne par le proconsul Neagelen, se prétendant socialiste, alors Gouverneur général de l’Algérie, le renforce encore plus dans ses convictions politiques que le colonialisme ne sera détruit que par les armes. Il est de toutes les campagnes électorales pour haranguer les électeurs. Il voyage dans toute l’Algérie pour propager les idées d’émancipation par le sacrifice et servir de liaison entre les cellules de l’OS, embryon de la future ALN. Lors de la scission du MTLD en 1954, il prend fait et cause pour le CRUA, qui va préparer la Révolution du 1er Novembre 1954.
Dès 1955, il se met à la disposition du FLN-ALN. Commence pour lui un nouveau départ de liaisons générales avec les maquisards pour l’acheminement des armes. A cette fin, il parcourt les maquis de l’Ouest, du Centre et de l’Est et prend contact, en tant qu’officier commissaire politique, avec les responsables politico-militaires. Il est reçu partout avec enthousiasme tant son aura chez les djounoud l’a déjà précédé. Dès que l’administration coloniale sut qu’il a rejoint l’ALN, ses services de sécurité assassinent, par vengeance, son père et son frère. Il sera le confident de tous les grands responsables qui, pour les survivants d’entre eux, seront les cadres supérieurs ou ministres de l’Algérie indépendante. De Rabat à Tunis ou le Caire, il est là pour des missions très importantes et secrètes pour le développement de la lutte armée.
Sa santé décline. Il fut contraint à une démobilisation prématurée en 1959, contre son gré, comme officier supérieur de l’ALN. Il s’installe à Rabat et reprend son métier de tailleur pour ne pas être à la charge de la Fédération du FLN du Maroc, dont il est un membre actif. Comme à Oran avant la Révolution, son atelier de Rabat est un lieu de rencontres entre militants et un observatoire des péripéties de la lutte armée en Algérie.
A l’indépendance en 1962, il rejoint Oran et s’adonne à diverses activités commerciales, alors que son savoir intellectuel, acquis comme autodidacte, l’aurait disposé à d’importantes fonctions politiques. Pour lui, la mission pour laquelle il a toujours milité et aspiré a été bien remplie. Discret par nature, il fuit les honneurs, avançant que son action passée avait un idéal qui s’est réalisé et que le nationalisme ne doit pas servir de fonds de commerce.
A l’occasion, il peut rappeler, grâce à une mémoire phénoménale, les étapes de la lutte armée ou de l’action politique. Sa fierté est d’avoir contribué à la libération du pays et fréquenté la plupart des dirigeants de la Révolution. Pour sa participation active à la lutte armée, l’Algérie indépendante lui attribue, ce qui était son droit, le titre de cadre de la Nation.
C’est cet homme, généreux, patriote à l’extrême, qui s’est éteint le 21 novembre 2006 à Oran, pleuré par tous ceux qui l’ont connu. Son enterrement a été l’occasion d’un grand rassemblement d’Oranais ou d’Algériens venus de tous les coins d’Algérie, mais en l’absence très commentée des autorités locales.
Mouloud Hassaïne a été, durant sa vie, un exemple de droiture, de patriotisme au service de l’autre, ignorant les particularismes ethniques pour la préservation et la cohérence de l’Algérie libérée, après des milliers de morts. La mairie d’Oran s’honorerait à donner son nom à une rue ou à un établissement scolaire, sa ville d’adoption qu’il a aimée jalousement durant 65 ans.
Merci et adieu, cher Mouloud, pour ton sacrifice. Ton nom restera à jamais dans les esprits de ceux qui écrivent l’Histoire de l’Algérie authentique et éternelle.





Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)
Numéro commentaire : 430
Posté par : Hebboul Mohamed Ali
Profession : Gerant d'un bureau d'etudes
Date : 05/10/2007
Message : c'est dommage qu'il n'ya aucune photo de Cheikh Larbi Tebessi