Mostaganem - Revue de Presse


Mostaganem

11 tonnes d?acide sur la chaussée Un poids lourd transportant de l?acide sulfurique qu?il venait de charger au niveau de l?usine Soachlore de Salamandre, s?est complètement couché sur la route, à hauteur de l?échangeur situé à la lisière de la ville, sur la RN 11 reliant Oran. Transportant huit citernes en plastique posées sans attaches sur son plateau, le chauffeur du camion avait pour habitude de venir, plusieurs fois par semaine, s?approvisionner en acide chlorhydrique et hypochlorite de soude. Deux substances dangereuses dont le transport est en principe réglementé par le décret 90/79 sur le transport des matières dangereuses. Mais, sur le terrain, cet accident démontre que l?application des normes relève de l?humeur du transporteur. Des conditions qui frisent l?inconscience. Encore heureux que le camion, au moment où il amorçait la bretelle pour quitter la RN 11 en direction d?Alger, son lieu de destination, se soit couché sur le flanc gauche. Cet accident peut s?expliquer par une vitesse excessive du véhicule qui, tout en amorçant une côte raide, se doit de négocier un virage relativement prononcé. Sous l?effet de la force centrifuge, le liquide se déplacera vers l?extérieur du virage, provoquant un déséquilibre et renversant le camion et son contenu. Alors que le chauffeur nous affirmera que les citernes étaient sanglées, l?inspecteur de l?environnement qui nous accompagnait ne trouvera aucune trace de sangles ou de câbles. Ce qui prouve que les fûts, malgré les risques encourus, étaient tout simplement posés sur le plateau. Des éléments de la Protection civile ont aspergé la zone contaminée avec de l?eau. Questionné sur la nature du produit, Yacine, le jeune chauffeur, employé par l?entreprise SIAK de Kouba, dira qu?il s?agissait d?esprit de sel. Alors que les huit fûts d?une contenance de 2 200 litres ont tous été éventrés, il affirmera que seuls cinq étaient pleins. Alors que tout risque de surface semblait écarté, il demeure qu?au moins 11 000 litres d?acide vont alimenter la nappe, faisant courir aux citoyens et aux cultures un risque qu?il conviendra d?évaluer.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)