Mostaganem - Revue de Presse


MOSTAGANEM

Dérapages devant le lycée Zerrouki Le corps enseignant et l?administration du lycée Zerrouki ont observé un arrêt de travail d?une demi-journée en réaction aux multiples agressions dont ils ont été la cible. Ces exactions sont régulièrement provoquées par un groupe de jeunes énergumènes dés?uvrés qui s?installent de manière provocante en face de l?entrée principale de l?établissement et qui n?hésitent pas à proférer des insanités, notamment à l?égard des jeunes filles. Ces malfrats viennent de passer à une vitesse supérieure en s?attaquant aux lycéens par des jets de projectiles de toutes sortes. Après l?utilisation d??ufs frais, ils se rabattront sur les organes amers qu?ils cueilleront sur les bigaradiers du jardin public. C?est ainsi qu?en fin de semaine, ces voyous n?hésiteront pas à s?attaquer au corps professoral et administratif. C?est ainsi que, durant la matinée de mercredi, le surveillant général, le censeur, le proviseur ainsi que des gardiens recevront leur lot de projectiles. La violence des chocs fera exploser le pare-brise de la voiture du proviseur. Deux voleurs de chèques arrêtés Spécialisés dans le vol de chèques au niveau des recettes postales, S. A., 31 ans et T. L., 25 ans, ont été arrêtés. Ecumant les bureaux de postes aux heures de grande affluence, les deux complices subtilisaient les chèques ainsi que les cartes d?identité une fois que leurs propriétaires les eurent déposés sur le comptoir, face à l?opérateur. Faisant mine de récupérer leurs propres documents, ils retiraient en fait ceux des véritables clients. Entre-temps, munis des pièces d?identité et des chèques, les deux voleurs s?en allaient les endosser dans un autre bureau de poste. C?est ainsi que, sur les 18 chèques subtilisés, seuls 8 auront été honorés. Les 10 autres seront retrouvés en possession des pickpockets lors de leur arrestation, puis remis à leurs propriétaires respectifs.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)