Algérie - Messaoud Bellemou


Messaoud Bellemou, l'Homme à la Trompette d'Or

Messaoud Bellemou, l'Homme à la Trompette d'Or
(Né en 1950). Pionnier du Raï moderne. Sensible à la musique dès son jeune âge, il passait le plus clair de son temps devant la salle qui abritait la lyre municipale jusqu’au jour où il s’était inscrit comme clairon. Après deux années d’apprentissage sous la houlette du professeur Couton, il sera orienté vers la trompette, réservée pour les doués. A partir de 1963, il a voulu en finir avec les marches militaires en jouant des refrains du folklore local en se servant de la trompette et demande à Mouffok Boumediène, alias Mimi, de le seconder. Plus tard, il introduit le Tbal et le Karkabou pour constituer un groupe instrumental. Avec Mimi, Hmida Ben Mohamed, Hamdane Benaffane et Sid Ahmed Kerbiche, il conquiert la jeunesse locale. Encouragé, le groupe est invité à suivre le Chabab Témouchent dans ses déplacements. Dans les stades, les spectacles était souvent dans les tribunes. Partout où il passe, il fait ravage. Cette expérience fut un bon moyen publicitaire. Le groupe travaillait sans relâche durant la période estivale propice aux pariages et les cortèges, avec Bellemou connurent un grand succès. Ce nouvel attrait pour le « raï rénové » dès la fin des années 60, réduisait progressivement l’influence du genre marocain avec les Doukali, Belkhayat, El Hayani, hadj Hamdaouia, alors très appréciés à l’époque. Pour compléter son équipe, Bellemou sollicitait la collaboration d’une voix : Boutelja Belkacem, un des premiers grands « raïmen » de l’après indépendance. Avant l’apparition de Bellemou sur la scène du raï, de nombreux musiciens ont tenté de créer une symbiose entre des instruments comme le violon ou l’accordéon et les éléments traditionnels du raï. Bellemou en compagnie de Boutelja bouleverse le raï. Avec un répertoire emprunté à Cheikha Ouachma « Sid el hakem wine wine ; Gatleg Zizia, etc. », le duo enregistre un 45 T à Oran. Coup d’essai, coup de maître. La voix est tracée : Khaled, Mami, Kader et Benchenet suivent. Le père du « pop raï « qui vit à Ain Témouchent parcourt le monde. Les anglais, les allemands, les hollandais et les danois sont séduits par son talent. Son ensemble composé des frères Nedjoum, Benaffane, Miloud Bellemou, Messabih, Kadra et du chanteur Houari Ourad, a enregistré deux 33 T, l’un à Londres, l’autre à Berlin. Bellemou a enregistré trois cassettes avec Gana el Maghnaoui. Influencé par le flamenco, « l’homme à la trompette d’or » défend l’idée selon laquelle il ne faut jamais abandonner les instruments traditionnels du raï.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)