Tizi-Ouzou - Revue de Presse


Meeting des archs à Tizi Ouzou

Plusieurs délégués des archs ont animé dans la soirée de dimanche un meeting populaire au niveau de la placette de l?ancienne mairie de Tizi Ouzou pour marquer la célébration du 50e anniversaire du 1er Novembre. Devant des dizaines de personnes, les animateurs du mouvement, qui ont donné la parole en premier à Si L?hafid, ancien commandant de l?ALN, ont focalisé leur intervention sur la situation politique actuelle, locale et nationale. Ils ont saisi l?occasion pour répondre à tous leurs détracteurs et à tous ceux qui ont porté diverses accusations à leur encontre depuis le fameux épisode du dialogue. « Pourquoi ils n?ont jamais osé nous attaquer sur le fond ? Ils se sont évertués à nous accuser de mille et une choses, des futilités, alors que le combat est tout autre », dira Hamid Farhi, délégué d?Alger, à l?adresse de l?assistance, en faisant référence à toutes « les rumeurs colportées sur le dos des délégués ». Tout en rendant hommage aux martyrs de 1954-1962 et aux martyrs de la démocratie, les animateurs du meeting, à l?image d?Abrika, ont pris à témoin les présents pour les avertir des menaces qui pèsent sur les libertés publiques et la liberté d?expression. Le délégué de Tizi Ouzou estime que la société est en pleine ébullition « risquant d?exploser à tout moment ». Pour étayer ses dires, il citera à titre d?exemple toutes les émeutes qui ont éclaté un peu partout à travers le pays, les grèves à répétition dans tous les secteurs, mais pour lui le Pouvoir n?écoutant pas le peuple cherche à museler toutes les forces de la société à travers l?emprisonnement des journalistes et les menaces sur les syndicats autonomes. Pour M. Abrika, les citoyens doivent se mobiliser pour arracher leur liberté après avoir arraché leur indépendance en 1962. Le délégué de Tizi Ouzou fera remarquer en outre que le Pouvoir, après avoir trahi la mémoire des martyrs de la Révolution, tente aujourd?hui de « nous dépouiller de notre mémoire collective. Voyez ce qu?il fait avec Fathma n?Soumer, devenue une Syrienne arabophone, alors qu?elle est la fille du Djurdjura, une authentique Algérienne. » Pour les délégués des archs, le combat de la génération de Novembre n?est pas fini tant que « nous nous battons pour une véritable république démocratique et tant que la plate-forme d?El Kseur, qui tire son essence de la plate-forme de La Soummam, n?est pas satisfaite ».
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)