Médéa - Revue de Presse


Médéa Université, l'hébergement sous de bons auspices

« Je peux d'ores et déjà dire que laprochaine rentrée universitaire se présente, dans le domaine de l'accueil etnotamment l'hébergement, sous les meilleurs auspices, avec des conditions, quenous espérons encore meilleures, pour les plus de 5.800 étudiantes et étudiantsconcernés du Centre universitaire Docteur Yahia Farès de Médéa».C'est par ces propos très rassurants, ilfaut en convenir, que Madame Farida Guergueb, directrice des oeuvres universitairesde la wilaya de Médéa, entamera l'entretien qu'elle nous a accordé dimanchedernier. Un entretien au cour duquel tous les aspects liés à l'accueil desétudiantes et étudiants (hébergement, restauration, bourse, transport,couverture sanitaire, activités culturelles et sportives) ont été abordés.Ainsi, concernant les nouveaux étudiants qui seront hébergés dès la prochainerentrée 2007-2008, ils seront au nombre de 1.826, dont 1.200 filles et 626garçons, c'est-à-dire 51 % des nouveaux inscrits dont le nombre est de 3.547.Avec ces 1.826 nouveaux étudiants, et en tenant compte des 800 autres sortantsayant terminé leur cursus universitaire en juin 2007, le nombre total desétudiantes et étudiants qui seront hébergés au sein des trois sites existants,tous à Médéa (la résidence mixte Hacène Benmouloud de Kouala et celle de jeunesfilles de M'sallah, auxquelles s'ajoute l'annexe du lycée Noureddine Zerrouki)sera de 5.801. Alors qu'il était de 4.775 au cours de l'année 2006-2007, soitune augmentation de 1.026 lits.  Unchiffre qui n'inquiète cependant point notre interlocutrice qui dira : «déjàque nos capacités d'accueil étaient bien suffisantes et qu'elles viennentd'être renforcées par la réception d'un nouveau pavillon flambant neuf, unbâtiment en R+5, à la résidence universitaire de jeunes filles de M'sallah,d'une capacité de 500 lits. Un pavillon alliant la fonctionnalité àl'esthétique pour le plus grand bien de nos étudiantes dont quelqueshandicapées pour lesquelles tout le nécessaire a été prévu. Comme autrestructure d'accompagnement je peux citer un restaurant et une salle de 200places pour les activités culturelles, ainsi qu'un terrain pour la pratiquesportive». Au sujet justement des critères donnant droit à l'hébergement,Madame Farida Guergueb rappellera «la réglementation, toujours en vigueur, àsavoir que la fille doit résider à plus de 30 km de Médéa alors que le garçondoit l'être à plus de 50 km. Sans tenir compte de tout autre considération.Exception faite pour les grands malades chroniques (diabétiques, asthmatiques,hypertendus, handicapés physiques) que nous prenons en charge sur l'avismédical d'une commission interne autorisée. Comme je tiens à rappeler que nousne pouvons pas prendre en charge les nouveaux bacheliers âgés de plus de 28ans». Surles chapitres de la restauration du transport et du versement de la bourse auxétudiants, cette responsable nous affirmera «que ces différents services n'ontjamais rencontré de difficultés majeurs, en espérant qu'il en sera de même pourcette prochaine année 2007-2008". Avant d'ajouter : «Comme nous tenonstoujours à améliorer dans les limites de nos possibilités, les conditionsd'accueil pour une meilleure mise à l'aise de tous nos étudiants et étudiantes,la dernière innovation ayant été l'ouverture d'une fenêtre en arabe et en,français sur le site internet du centre universitaire Docteur Yahia Farès deMédéa, au profit de la direction des oeuvres universitaires de la wilaya deMédéa. Une fenêtre qui est mise à la disposition des étudiants pour toutes lesinformations dont ils auraient éventuellement besoin». Enconclusion à notre entretien, Madame Farida Guergueb ne s'est pas empêchée delancer un appel à tous les étudiants et étudiantes qui reprendront leurs étudesà la prochaine rentrée et dont le nombre total sera, en principe, de 10.885«pour qu'ils fassent preuve de maturité et d'esprit responsable poursauvegarder toutes les infrastructures que ce soit au niveau des restaurants,des résidences ou des salles de cours. En un mot, tout le patrimoineuniversitaire dont ils sont les premiers bénéficiaires». Comme elle appelle lesrésidentes et résidents à «y créer un véritable cadre de vie, agréable etconvivial, à même de renforcer cet esprit familial qui doit nécessairementprévaloir, ce qui constitue une des conditions de réussite dans les études».L'on ne saurait terminer cependant sans attirer, une fois, l'attention desservices de l'ordre comme celle des autorités locales sur les gros dangers nésde l'aménagement récent du grand boulevard longeant le campus de M'Sallah quiregroupe, outre la résidence universitaire de jeunes filles, deux CEM de filleset un lycée de filles toujours auxquels s'ajoute le centre de l'enseignement àdistance, dont les collégiennes, lycéennes et étudiantes restent constammentexposées aux dangers de la circulation dans la mesure où des accidents mortelsy ont déjà eu lieu. Le dernier en date étant celui qui a coûté la vie, le 19mai dernier, à un responsable de la Protection civile qui venait juste dequitter le siège de la direction se trouvant sur ce boulevard «de la mort».Comme des mesures doivent également être prises pour une meilleure sécurité auxalentours de ce campus de filles tout comme ceux de la résidence universitairemixte Hacène Benmouloud de Kouala qui se trouve à quelques kilomètres ducentre-ville de Médéa.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)