Alger - Revue de Presse


MEDA-PME



Une convention de 20 millions d?euros Le représentant de la Commission européenne en Algérie, Lucio Guerrato, et le ministre de la PME, Mustapha Benbada, devront signer aujourd?hui à Alger une convention sur un dispositif de garantie au financement du secteur de la petite et moyenne entreprises. Il s?agit précisément de mettre en place une facilité Meda de couverture de garantie financière pour les crédits d?investissement des PME d?un montant global de 20 millions d?euros. Cette initiative européenne d?appui financier au dispositif déjà en place pour la garantie des financements du secteur, à savoir le Fonds de garantie aux crédits de la PME-PMI (FGAR) et la nouvelle Caisse de garantie des crédits, instituée en janvier 2003, en attente de lancement (ex-AGCI), se veut un maillon supplémentaire pour un renforcement en matière de garanties financières. Cette convention vient en effet en appui au dispositif mis en place par les pouvoirs publics, en l?occurrence le FGAR et la Caisse de garantie, en vue d?un meilleur accès aux crédits bancaires pour les PME. A ce titre, l?AGCI, une compagnie d?assurance et de garantie du crédit à l?investissement devant être remplacée par la nouvelle caisse sus-indiquée, est le premier opérateur sélectionné, tandis que le second fonds devra être le FGAR. Selon les termes de cette convention, qui nous a été communiquée, et qui porte sur une dotation de 20 millions d?euros, soit 164 millions de dinars, celle-ci devra permettre la prise en charge de la couverture des garanties financières émises par les organismes de garantie des crédits d?investissement en faveur des petites et moyennes entreprises éligibles au programme de développement des PME (EDPME). Le montant moyen prévu d?un crédit par PME est de 50 millions de dinars, avec un taux de couverture de 70% dans « la limite d?un encours de 50 millions de dinars » par projet. L?objectif consiste à faciliter aux PME , d?une part, l?accès aux crédits d?investissement « à moyen terme nécessaire à la modernisation » de leur appareil productif et, d?autre part, « la relation » avec leur banque. Parmi les avantages cités de ce dispositif en faveur des établissements de crédit, sont prévues des modalités d?indemnisation : une avance de trésorerie de 50% du principal restant dû à la reception de la déclarartion du sinsitre par l?organisme de crédit et le solde de l?indemnité est versé à la banque deux ans après la survenance du sinistre, majoré d?une année d?intérêts. Aussi les banques sont-elles dans ces conditions soulagées puisque « la garantie permet aux banques de rendre leur produit de financement plus attractif car l?intervention du compte de facilité de couverture des garanties devrait favoriser la réduction des sûretés prises sur le crédit, à hauteur de la quotité garantie ». L?on affirme que l?expertise établie par des experts et consultants d?Euro développement PME (EDMPE) permet de sécuriser la banque quant à la faisabilité du dossier de l?entreprise et l?appréciation de son risque. La garantie ex-AGCI, quant à elle, est soumise à une commission réduite de 0,60% dont le taux relativement faible est destiné à couvrir les frais de gestion de l?organisme de garantie.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)