Mascara - Théâtre


Mascara, La pièce théâtrale le voyageur…, Un périple dans l’humain



Mise en scène par Mohamed Frimahdi dans un décor de Halim Rahmouni, la pièce théâtrale est un long réquisitoire des régimes tyranniques qui ont gouverné le monde et qui continuent de le faire au nom de principes toujours mis en avant mais jamais « expliqués ».

Interprétée par trois comédiens issus du cru du mouvement théâtral mascaréen, Moussafir el leïl convoque les « dieux » de l’histoire – ancienne et récente – pour dire que notre humanité est d’abord tissée de nos faiblesses et de nos divisions. Les faiblesses et divisions de ceux et celles qui acceptent d’être guidés comme un troupeau par cette minorité (pas toujours guidée par de bons sentiments) qui croit qu’elle est née pour commander les pas de tous. Qui croit qu’elle incarne l’histoire. Qu’elle est l’histoire et que sans elle, cette même histoire ne peut se raconter. Moussafir el leïl ne fait pas cependant dans la dénonciation ouverte et le discours révolté. Le dit est d’abord une expression physique, un état symbolique des états d’âme joués en clair-obscur, des frémissements proches des battements du cœur de l’humain. La pièce se laisse découvrir par paliers allusifs. La clé de la compréhension n’est pas offerte, elle est proposée en faisceaux. La lecture du texte n’est jamais directe, jamais exaltée. On parle du mal mais le mal n’est pas représenté en messages visibles, didactiques, prêts à penser et à caser. Il ne saute pas aux yeux… il se devine, se décline en jeux intermittents que la scène aide à agencer ou encore à visualiser. Hadj El Houari Chikhaoui, Abdel Hakim Mebani et Frih Mahdi sont certes porteurs d’idéologies différentes mais ils ne sont pas pantins définitifs, scellés, fermés à tout ce qui ressemble à l’humain dans ses contradictions, ses aspirations et ses bêtises refusées ou assumées. Le discours théâtral ne prend le dessus sur le jeu que pour mieux exprimer la difficulté d’être dans ce monde de brutes. Les comédiens interviennent sur trois registres, mais ne font à aucun moment dans la lecture de cases, le jeu uniforme et l’évolution linéaire. L’injustice, le mal-être, l’inégalité des chances, le despotisme sont d’abord en l’humain avant d’être dans la société qui fixe les schémas de lecture préalablement fixés, lus et confirmés. C’est plus un théâtre du ressenti que l’on trouve dans le théâtre du huis clos, qu’un théâtre du vu ou théâtre de l’épopée débridée et c’est peut-être cela l’intérêt de ce spectacle à scénographie fonctionnelle, qui allie sobriété de jeu et économie dans la mise en espace des personnages distribués à donner de la voix et du corps, même si on déplore ici et là quelques « lenteurs – notamment lors des passages de l’acteur témoin Mébani – ou rajouts scénographiques » pas toujours justifiés. N’empêche que ce voyage vaut la peine d’être tenté, car a priori, c’est d’abord et avant toute chose, un voyage dans l’homme auquel nous convie cette troupe de Mascara invitée à représenter l’Algérie au prochain festival de théâtre, prévu le mois prochain au royaume jordanien. Bon voyage donc au Voyageur de la nuit.







Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)