Algérie - Revue de Presse


MALOUF



Abdelmoumène Bentobbal n?est plus L?un des chantres du malouf a tiré sa révérence hier, dimanche. Abdelmoumène Bentobbal nous a quittés à l?âge de 76 ans après plus de soixante années passées au service de la musique. Avec sa mort, c?est l?une des rares incarnations de la musique citadine qui disparaît, lui qui a su garder au malouf, jalousement, toute son authenticité et sa pureté, restant loin de l?appel du succès commercial qui aurait pu le pervertir comme il l?a fait pour d?autres interprètes qui ont succombé à l?attrait pécuniaire. Son mentor sera son oncle paternel, Allaoua qui lui a transmis l?amour du malouf et des dogmes de l?éducation, une éducation qu?il mettra au service des nombreux mélomanes qu?il aura formés, notamment au sein de l?association El Bestanjia dont il est l?un des fondateurs. Sa bonne connaissance du répertoire musical constantinois, son abnégation, son honnêteté, feront qu?il sera toujours reconnu et estimé par ses pairs. Il sera aussi l?un des initiateurs de l?ambitieux projet de la sauvegarde de la musique classique algérienne et enregistra, il y a une dizaine d?années, des noubas du malouf. Salut cheikh, repose en paix.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)