Algérie - Revue de Presse


M. Cheboub. PDG de la tannerie Mitidja

« Ils n?auront pas notre peau » Mahmoud Cheboub est un capitaine d?industrie atypique qui s?est fait tout seul, à la force des bras. Patron d?une tannerie (Mitidja) dans la pure tradition familiale, il essaie avec ses deux lieutenants, en fait ses deux fils, l?un ingénieur en peau et l?autre juriste, de pérenniser cette activité qui a tendance à se faire plutôt rare. Depuis 1996, l?usine sise à Rouiba fonctionne avec des hauts et des bas, mais a continué à activer malgré tous les aléas en préservant l?outil de travail et l?emploi. 65 ouvriers s?activent tous les jours pour donner vie aux deux unités qui comptent parmi les plus entreprenantes dans le paysage de la tannerie nationale. Cela n?a pas été de tout repos, nous explique Mahmoud Cheboub qui nous retrace l?histoire de la tannerie Mitidja qu?il dirige. Les problèmes qu?elle a rencontrés, les conséquences de l?effondrement de l?industrie du cuir publique, le manque de matière première et fait nouveau, depuis quelque temps, une concurrence déloyale « d?une filière turco-égypto-syrienne qui s?empare de nos richesses sans investir un sou et qui accapare le gros du marché quand il y a une forte demande sur le marché national, ils viennent piller nos richesses. Ce sont des gens qui ne sont là que lorsque leur intérêt le commande. Ils ne paient aucune charge et viennent acheter le produit fini, causant une concurrence déloyale. Nous qui avons investi, créé de la richesse et des emplois, sommes lourdement pénalisés », indique le patron de la tannerie qui sait de quoi il parle puisqu?il est au fait de tout ce qui se fait dans le domaine à travers le monde. Il est membre de plusieurs associations internationales et du conseil d?administration de l?Organisation africaine du cuir, dont le siège est à Naïrobi et membre de la Tannerie et Mégisserie algériennes. Pour étayer ses propos, M. Cheboub fait savoir que lorsque le prix du cuir au marché de Chicago, qui est une référence, est de 2800 $ la tonne, ces pilleurs viennent l?acheter chez nous à 1000 $. Il y a comme une sorte de fuite des capitaux. Avant, la vente était administrée et on pouvait contrôler le marché, ce n?est plus le cas aujourd?hui. M. Cheboub ne cache pas que son activité est lourdement perturbée sur le marché local, puisque parfois son entreprise a de la peine à trouver la marchandise demandée, au même titre d?ailleurs que ses collègues du CMCP d?Oran, de la tannerie Kehri d?Alger, celle de Smaïl Cheboub ou encore de Khenifer de Jijel. Les entreprises publiques, à l?instar de la tannerie des Hauts-Plateaux à Djelfa, la tannerie Tafna à El Amira, Tedj de Jijel et Mega de Batna, sont exposées aux mêmes tracas. La tannerie de la Mitidja, forte de ses structures et de la politique judicieuse, engagée par son patron, poursuit ses activités et espère que les pouvoirs publics prendront les mesures nécessaires pour endiguer ce fléau de pillage, en faisant respecter un cahier des charges qui préserve l?intérêt de l?économie nationale. « Nous sommes optimistes », lance M. Cheboub, plusieurs fois honoré lors des foires internationales, meilleur exportateur et détenteur du trophée de Frankfurt avec certificat de qualité et Prix de la municipalité de Pékin. « Les pays les plus développés dans le domaine s?adressent à nous pour leurs achats, car ils savent que nous sommes les premiers à l?échelle internationale dans la confection de la peau de chèvre et de mouton. Récemment encore, les Américains ont réceptionné 3 de nos conteneurs à New York. » M. Cheboub espère que le problème de la peau brute, matière première des tanneries, sera réglé pour éviter les difficultés d?approvisionnement et la concurrence déloyale qui sévit, eu égard aux prix plus attractifs affichés en direction des exportateurs et qui risquent de miner un secteur qui subit des dysfonctionnements fort préjudiciables. Alors que certains pays comme l?Inde et le Pakistan ont pris la décision d?interdire l?exportation de leur cuir, le cuir algérien semble ne pas avoir trouvé sa voie. Une mise à niveau s?impose pour éviter à ce secteur de sombrer?




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)
Numéro commentaire : 287739
Posté par : cherchali nazir
Profession : retraite
Ville : skikda
Pays : Algérie
Date : 03/12/2015
Message : veuillez m'envoyer le prix d'une tannerie moderne



Numéro commentaire : 62803
Posté par : EZRELLI Seifeddine
Profession : respensable technique
Ville : Nouakchott
Pays : Mauritanie
Date : 15/01/2013
Message : SMPCP Nous somme une tannerie en Mauritanie basé sur la production des peaux ovin et bovin semi fini (bleu humide WB crust) selon la demande client. Nous souhaitons d’avoir d’autre client pour nos productions afin d’avoir les meilleur prix et qualité. Nous souhaitons vous adresser notre catalogue produits et nos informations tarifaires. Si vous le souhaitez, et sans engagement de votre part, je pourrais vous renseigner sur nos produits (cuir WB crust tannage végétal bovin et ovin). Seifeddine Tel 0022232150384 Fax 0022245259066