Algérie - Revue de Presse


Les uns et les autres

On l?aura compris. Il faut être un haut commis de l?Etat ou dignitaire bien en vue pour voir son travail médiatisé. La télévision nationale sélectionne, trie et répercute les faits selon des grilles bien singulières. Et c?est le cas de le dire. Mais cette observation n?est pas suffisante pour exonérer et justifier les élus locaux, le wali d?une réticence quasi atavique, lorsqu?il s?agit de communiquer avec les citoyens, d?établir des passerelles pour un dialogue, une concertation, des échanges. Le premier palier, qui demeure utile et nécessaire, d?une démocratie de proximité, reste entaché de lacunes et de carences. La communication n?a jamais été élevée au niveau et degré souhaités. On répugne à faire part de ses intentions, de ses méthodes de travail, de la démarche que l?on compte adopter pour régler les problèmes des citoyens. Ces derniers, à force d?être marginalisés, utilisent des moyens plutôt houleux pour transmettre leur message. Les relais entre le citoyen et ceux qui sont en charge de gérer les affaires de la cité, ne sont pas encore fiables pour jouer leur rôle. Le mur d?incompréhension s?érige presque en forteresse inexpugnable que l?on prend d?assaut quand la fureur et les courroux dominent. En dépit des discours réconfortants, des professions de foi, des promesses généreuses, la persistance des vieux réflexes faits d?inertie, de distance, de fuite en avant est toujours perceptible. Le citoyen se refuse à s?immiscer dans les affaires qui le touchent. Ce statut « d?oublié » ne semble pas lui faire ombrage, l?irriter ou l?inciter à renverser la situation. Cette attitude, née d?une pathologie et de symptômes maintes fois évoqués, perdure sans qu?encore un remède y soit prodigué. Le vrai changement est en définitive à espérer dans la mentalité et dans les esprits des uns et des autres. C?est là que réside le n?ud gordien. Faut-il ressusciter Alexandre pour le trancher. Ou alors, ne vaut-il pas mieux s?y résoudre en adultes majeurs et vaccinés ? Les uns et les autresMohamed B.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)