Algérie - Revue de Presse


Les tables du f?tour (14)

Avoir faim, la peur au ventre ou avoir peur, tenaillé par la faim, possède un inconvénient, deux sentiments différents ne pouvant en effet cohabiter dans l?estomac algérien, exigu, l?un des deux sentiments devant forcément partir. A la faveur d?un concours de circonstances que j?ai gagné par le plus pur des hasards, j?ai réussi à me faire inviter hier au f?tour par Mohamed Médiène, plus connu par son métier de général Toufik. Le hasard n?existant pas selon mon voisin, j?ai pris peur quand, à mon grand étonnement, il a accepté mon invitation. J?ai hésité et voulu changer d?avis mais ma grand-mère, très peu politisée, a gentiment insisté en me disant que c?était un honneur pour moi d?être reçu par le chef des partis politiques et médias associés, d?autant qu?elle n?avait pas envie de faire à manger ce jour-là. Je suis donc allé, la peur au ventre et mon éternelle boîte de qelbelouz sous le bras en tentant sur le chemin de prendre une assurance tous risques à la CAAR, ce que cette dernière a refusé de me vendre. Arrivé sur les lieux, il n?y avait personne. Ni gardien, ni garde, ni doberman, encore moins de char d?assaut ou de Mig 31. La porte s?est ouverte toute seule et je me suis retrouvé dans un salon en suivant des flèches rouges. Cordial bien que toujours de dos, le général m?a longuement parlé du travail de journaliste, qui doit servir l?intérêt général, sans jeu de mot, a-t-il précisé. En passant à table, le général est resté de dos, à discuter tranquillement dans son talkie-walkie. De bons plats étaient disposés et je les ai mangés tout seul, Monsieur Médiène n?ayant rien mangé, des sources médicales affirmant qu?il n?a rien avalé depuis des siècles. En sortant, j?ai trouvé mes qelbelouz devant la porte. Je suis parti mais j?avais encore faim. Je suis donc allé manger quelques tigres en pensant à demain. Le f?tour chez qui ?
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)