Algérie - Revue de Presse


Les tables du f?tour (12)

Manger revient finalement à entretenir une machine qui ne sert au fond qu?à manger, toute autre activité étant absente en Algérie, d?où l?inutilité théorique de l?opération. En pratique, par contre, on a toujours faim, surtout pendant le Ramadhan. Hier, grâce à des proches vivants, dont les proches sont disparus, j?ai réussi à me faire inviter par Farouk Ksentini. J?ai pensé qu?en tant que président de la commission consultative de promotion et de protection des droits de l?homme (oui, le titre est plus long que la fonction), le célèbre avocat pouvait comprendre que bien manger pendant le Ramadhan constituait un droit de l?homme fondamental. C?est ce qui l?a poussé à accepter de m?inviter pour le f?tour. Equipé donc de ma célèbre boîte de qelbelouz, je suis arrivé devant le domicile de monsieur Ksentini et j?ai dû me frayer un passage à travers les dizaines de familles de disparus qui attendaient devant sa porte que leurs enfants sortent. En entrant chez l?avocat, je suis passé directement dans le salon après avoir signé une décharge attestant que j?étais venu de mon plein gré, et en attendant l?heure du f?tour et de la vérité vraie sur les disparus, nous avons vaguement parlé de Ali Benflis et de son absence, non imputable aux services de l?Etat d?après Farouk Ksentini. Puis nous sommes passés à table, un menu léger typique du Ramadhan. Juste après, le responsable des droits de l?homme d?Etat a tenu à m?ouvrir tous les placards de sa maison, pour bien me montrer qu?il n?y avait personne. J?ai naïvement demandé si l?on pouvait aussi ouvrir les placards du DRS, de la gendarmerie ou de l?armée, mais l?avocat m?a répondu que ces placards sont eux-mêmes dans des placards, d?où la difficulté. J?ai donc repris mes qelbelouz et quand je suis sorti, j?avais encore faim. Je suis donc allé manger un os de fémur en pensant à demain. Le f?tour chez qui ?
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)