Algérie - Revue de Presse


Les tables du f?tour (11)

Manger ou être mangé, telle est la devise favorite des animaux. Il semble bien que chez les humains, ou du moins dans leur version algérienne, ce soit se nourrir ou être nourri. C?est en suivant cette formule constituante et par le biais de quelques amis que j?ai réussi à me faire inviter hier par Hocine Aït Ahmed. Mon éternelle boîte de qelbelouz, je suis donc arrivé chez le leader historique. Devant le domicile, quelques voitures du DRS attendaient patiemment leur heure et des passants non identifiés passaient et repassaient, des sachets noirs dans les mains. Quand un gardien à l?air suspicieux m?a ouvert la porte, j?ai su que c?était là. J?ai exhibé mon invitation signée du zaïm lui-même et son sourire est revenu, comme un beau temps après un orage à Aïn El Hammam. Quelques gardes du corps étaient là, à deviser sur la propension du pouvoir à comploter même quand il est tout seul. Arrivé au salon, je me suis assis en tentant hypocritement de soupirer à propos de la fermeture du champ médiatique, l?ENTV étant allumée et un jeune militant de 5 ans s?amusant à jouer aux fléchettes en visant l?écran. Hocine Aït Ahmed n?était pas là bien sûr, déjà reparti vers de nouvelles aventures. Un cadre du parti m?a annoncé qu?il reviendra bientôt, sans me donner de date précise. Mais juste au moment de l?appel du mouadden, un fax est arrivé dans la cuisine et il est tombé sur la table. Il était simplement écrit « saha f?tourek ». J?ai apprécié le geste et surtout la ponctualité, très suisse. J?ai donc mangé tout seul, en compagnie du chef de bureau de Haïzer, qui m?a longuement parlé de la neige qui allait tomber chez lui et des arrestations qui allaient pleuvoir ailleurs. J?ai remercié tout le monde et récupéré mes qelbelouz. En sortant, j?avais encore faim. Je suis allé manger un peu de chocolat. Belge bien sûr. En pensant à demain. Le f?tour chez qui ?
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)