Algérie - Pêche


Les ports de pêche s’ouvrent à l’investissement privé

Trop longtemps confiné dans un rôle économique mineur, le secteur de la pêche tente, depuis quelques années, de se hisser au rang des activités stratégiques. Si la volonté politique existe, ce sont les moyens et la technologie qui ont, jusque-là, fait défaut.
Les potentialités halieutiques nationales sont très appréciables et peuvent concourir à la sécurité alimentaire et permettre la création de richesses et d’emplois.
Depuis 2002, un programme ambitieux est mis en place dans le cadre du PSRE pour dynamiser ce secteur.
Agissant d’abord sur les structures de gestion, les pouvoirs publics ont mis en place des Entreprises de gestion des ports de pêche (EGPP), filiales des Entreprises portuaires; elles sont au nombre de 10 et gèrent 29 ports de pêche principaux.
La dynamisation de l’activité des ports de pêche, ne pouvant s’arrêter à la mise en place de structure, il y a nécessité de se doter de moyens et de savoir-faire pour optimiser la production.
Ainsi, sous la houlette de la SGP / SOGEPORTS, il a été décidé d’ouvrir les activités des ports de pêche à l’investissement.
Le point d’orgue de cette action est l’organisation les 5 et 6 septembre à la Safex d’une manifestation appelée MINAPPECH (Manifestation pour l’investissement dans les activités des ports de pêche). Les organisateurs (GIC EGPP, Chambre nationale de la pêche et de l’aquaculture, SGP / SOGEPORTS et ministère des Participations et de la Promotion des investissements) comptent mettre, à l’occasion, en contact les responsables des Entreprises de gestion des ports de pêche avec les investisseurs potentiels dans un même lieu et au même moment. Dans un communiqué diffusé le 20 juillet dernier, les promoteurs précisent: «Cela permettra d’équiper qualitativement les ports de pêche pour une utilisation optimale de leurs capacités.
Elle permettra, également, une utilisation rationnelle des espaces et une modernisation des équipements et moyens d’exploitation. Elle apportera, à coup sûr, les réponses aux attentes des usagers des ports de pêche et des pêcheurs. Sur un autre registre, cette offre d’investissement permettra la création de 2.500 à 3.000 postes d’emplois qualifiés à l’horizon 2009, répondant ainsi aux spécificités du secteur. Comme elle offrira les opportunités de développement des activités annexes liées à la pêche. La sous-traitance et le développement de l’économie locale au bénéfice des collectivités adjacentes aux ports bénéficieront d’une réelle dynamique dans le sillage du développement des activités des ports de pêche». Les opportunités d’investissement ont été définies et scindées en deux catégories. Les investissements, qui revêtent une grande importance selon les responsables de secteur, sont 9 halles à marrées, 8 chantiers navals, 16 ateliers de réparation navale, 6 élévateurs à bateaux et 17 entrepôts frigorifiques.
Quant aux investissements considérés comme moyens, ils englobent 16 unités de fabrique de glace, 10 stations d’avitaillement, 8 comptoirs de vente de pièces de rechange et de matériel de pêche et 8 équipements de cales de halage. Ce sont donc des besoins précis et spécifiques à chaque port qui sont définis. Lors de l’organisation de la MINAPPECH, les responsables des ports de pêche négocieront eux-mêmes, les actions de partenariat avec les investisseurs privés nationaux et étrangers.






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)