Les écoles de formation professionnelle privées doivent s’ouvrir sur le tissu économique



Les écoles de formation professionnelle privées doivent s’ouvrir sur le tissu économique
MOSTAGANEM - Le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, Belkheir Dada Moussa a souligné, mardi à Mostaganem, que les écoles de formation professionnelle privées doivent s’ouvrir sur le tissu économique et être en complémentarité avec les établissements publics de formation.
En visitant une école privée agréée par l’Etat à Mostaganem, le ministre a déclaré que "cette ouverture doit être ponctuée par la signature de conventions de formation suivant la demande, la création d'un espace d’apprentissage et l'organisation de stages pratiques au sein des entreprises économiques".
Belkheir Dada Moussa a appelé les responsables des établissements publics de formation à tisser des liens avec ceux du privés en organisant des journées d’information et d’étude sur les perspectives de la formation professionnelle, signalant que son département ministériel recense 1.295 instituts et centres de formation professionnelle et d’apprentissage CFPA au niveau national et plus de 700 établissements privés agrées.
Le ministre a présidé, lors de sa visite, une cérémonie de sortie de la promotion professionnelle de la session de février 2019 constituée de 1.790 stagiaires, suivi un exposé sur la situation du secteur dans la wilaya de Mostaganem et assisté à une exposition sur les instituts et CFPA tenus au centre de formation professionnelle et d’apprentissage "chahid Mokhtari Benchaa".
En marge de cette visite, il a annoncé la reconversion d’un CFPA de la wilaya de Mostaganem cette année en institut national spécialisé en vue d’élargir les offres de formation et encourager le secteur économique à contribuer à la formation de la main d’œuvre qualifiée.
Au sujet d’ouverture d'annexes de formation professionnelle dans les zones d’activités dont celle à Bordjia (60 usines) dans la commune de Hassiane au sud de Mostaganem, M. Dada Moussa a déclaré que les responsables locaux peuvent créer ces structures suivant la demande et les moyens disponibles.
Sur la possibilité d’utilisation du matériel et équipements techniques vétustes aux établissements du secteur de l’éducation nationale (ex technicums), le ministre a fait savoir que son département ministériel est en phase d'étude de la question au niveau local selon les besoins du secteur de la formation professionnelle et à travers les comités ministériels communs pour valoriser le matériel et son utilisation.
Belkheir Dada Moussa a déclaré "nous oeuvrons à la création des ponts de complémentarité entre les trois secteurs (formation professionnelle, enseignement supérieur et éducation nationale)", ajoutant "qu'est ce qui empêche un étudiant universitaire d'effectuer ses applications au niveau d'un centre de formation professionnelle".
Publié par l’APS le : Mardi, 09 Juillet 2019





Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)