Blida - Hopitaux et Cliniques


Le wali de Blida sur le terrain, Un institut national du rein pour la ville des Roses

Le secteur de la santé dans la wilaya de Blida souffre du manque  de moyens matériels et de personnel qualifié.

Dans le cadre de ses visites de travail et d’inspection hebdomadaires sur le terrain pour évaluer les projets en chantier, le wali de Blida, M. Ouadah Hocine, a consacré la sortie d’hier au secteur sanitaire et à celui de l’agriculture, dont le premier souffre de moyens matériels et de personnel qualifié et le deuxième gangrené par le béton.
En effet, pour atténuer le grand nombre de malades que connaît chaque jour les hôpitaux de la capitale, la wilaya de Blida se dotera désormais d’un institut national du rein qui se compose de 197 lits et 6 logements d’astreinte.
Les travaux de se projet d’envergure sont en cours de réalisation au sein du gigantesque hôpital Frantz-Fanon. Parallèlement à ce projet, la direction de la santé a procédé à la construction d’un hôpital des urgences qui couvrira les besoins de la wilaya.
Toujours dans le secteur de la santé, le premier responsable de la wilaya a visité plusieurs polycliniques où il n’a pas manqué de relever certaines anomalies : la polyclinique de la ville de Mouzaïa, construite durant les années 1980, se trouve désormais dans un état déplorable.
Par ailleurs, dans la localité de la Chiffa, une salle de soins construite, il y a plus de 5 ans, puis abandonnée par faute de non-réception, sera bientôt opérationnelle après son équipement. Au centre de maternité d’Ouled Yaïch, le personnel n’a pas hésité à interpeller le wali pour soulever le problème des chiens et chats errants qui ont provoqué la blessure de plusieurs personnes dans la majorité sont de la commune de Blida.
Une femme, chef de service dans le même centre, n’a pas manqué de déclarer au wali que le service maternité ne possède pas d’ambulance et a mentionné le grand nombre de personnes atteintes d’intoxications alimentaires dans cette commune qui se trouve à quelques bornes de l’université de Soumâa, une université qui abrite plus de 40 000 étudiants. Suite à cette révélation, le wali a eu un regard en direction du P/APC et un responsable. Ces derniers auront pour mission de mettre fin au danger venu des gargotes qui règnent dans un manque d’hygiène flagrant.







Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)