Algérie - Revue de Presse


Le triangle qui tue

Tout comme il est des tigres qui ne sont en fait que des chats nourris aux hormones ou des vérités qui ne sont que des mensonges maquillés au boudouri (lire « poudre de riz »), il est un poste qui n?en est pas un. C?est celui de ministre de l?Information ; de l?aveu même de Boudjemaâ Haïchour, l?actuel locataire du poste, son rôle n?est que de « faire en sorte d?avoir un droit de regard sur la liberté d?expression ». Qu?est-ce qui différencie alors un simple lecteur ou un banal militant des droits de l?homme du ministre de l?Information ? Rien, à part le salaire. C?est ainsi qu?arrêté en excès de vitesse sur une autoroute délabrée de l?information, le ministre a répondu à quelques questions sans vraiment trop savoir ce qu?il disait. Sur les dettes des journaux (conciliants) contractées auprès des imprimeries (conciliantes) par exemple, il a précisé que ce n?était pas de son ressort, mais de « celui du ministre délégué aux Participations de l?Etat ». On peut se demander ce que vient faire ce ministère ici, mais cette réponse traduit bien toute la problématique du rapport entre les gouvernants et les médiateurs des gouvernés, si tant est que le rôle de la presse algérienne soit ce dernier. En attendant que la gestion de l?information passe sous le contrôle du ministère de l?Agriculture ou celui de l?Artisanat, il y a une conclusion à tirer ; s?il est de notoriété publique que les affaires de presse se décident dans ce triangle des Bermudes où les lois et les bonnes intentions disparaissent régulièrement, dans cette figure géométrique à trois sommets occupés par le chef du gouvernement, les services et la Présidence, il est clair que Boudjemaâ Haïchour n?y est pas et il l?avoue sans honte. C?est ici que réside sa principale qualité. Souhaitons-lui bon courage. Il n?y a pas plus dur travail que celui de faire croire qu?on travaille.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)