Algérie - Revue de Presse


le silence de la presse marocaine

Il est des vérités qui ne sont pas bonnes à dire. Surnommé « le cadavre qui parle trop » par une presse marocaine que d?aucuns estiment inféodée au trône, l?ancien ministre de l?Intérieur, Driss Basri, limogé en 1999 par le souverain Mohammed VI, semble devenir, depuis, un personnage indésirable dans les colonnes de la presse marocaine. Cela est d?autant plus vrai que la quasi-totalité des publications que compte le royaume chérifien a passé sous silence l?entretien donné par l?ancien homme fort du Palais royal au journal espagnol La Razon, et dans lequel il a remis en cause la politique de Rabat sur la question du Sahara-Occidental. Prompts - il faut le dire - à réagir à toute information concernant de près ou de loin le dossier du Sahara-Occidental, des journaux comme Le Matin du Sahara, Aujourd?hui le Maroc, L?Opinion, At Tadjdid, Al Ahdath Al-Maghribia... ont carrément ignoré la sortie médiatique, pour le moins fracassante, de Driss Basri. La presse espagnole n?a pas, non plus, repris ou commenté les déclarations de Driss Basri sur le Sahara-Occidental.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)