Algérie - Revue de Presse


Le ratage



C e n?est pas dans la dernière sortie politique d?Ouyahia que l?on peut puiser des éléments de sortie de crise. Point de grands « dossiers », de « chantiers » en cours ou à venir, comme si la crise n?existait pas ou qu?elle était résorbée. Sur leurs lancinants problèmes quotidiens, les Algériens n?ont rien entendu, alors que la classe politique est restée sans réponse sur les intentions concrètes de l?Exécutif. Ce fut une nouvelle fois la valse-hésitation sur la réconciliation nationale. Le chef du gouvernement n?a pas jugé utile de s?adresser solennellement à la nation pour la rassurer et dire, au moins, que son gouvernement est à la tâche. Un tel exercice ne serait pas fortuit au moment où tous les regards sont braqués sur l?autorité politique qui n?a jamais eu entre ses mains autant de pouvoirs et alors que l?Algérie entre dans un été qui pourrait ne pas faillir à la tradition des folles rumeurs et des règlements de comptes. Soit Ouyahia n?avait pas grand-chose à annoncer, car à court de projets et d?ambitions pour son pays, soit qu?il ne pouvait faire de l?ombre au chef de l?Etat, unique réalité décisionnelle, l?accessoire revenant au chef du gouvernement. Sa conférence de presse, il l?a mise à profit pour « faire la leçon » à l?opposition et à la presse indépendante, s?adonnant à son exercice familier de phrases assassines contre l?une et l?autre. Sur cette Alliance présidentielle qu?il n?arrête pas d?encenser, Ouyahia se garde d?en tirer un bilan qui éclairerait sur son apport réel au pays. Certes, les Algériens en ont ras le bol des élections, mais une précision de taille sur laquelle Ouyahia fait l?impasse est le trucage des élections : n?est-ce pas cela qu?abhorrent les Algériens et non les urnes transparentes ? Le ton agressif du chef du gouvernement est une douche froide pour ceux qui, ces derniers temps, avaient cru déceler un souci d?« apaisement » du Pouvoir. Est-ce un cinglant démenti à leur endroit ou un jeu parallèle d?Ouyahia dans le but de saborder toute tentative ou toute idée de passerelles avec l?Algérie politique et sociale qui ne se reconnaît pas dans l?Alliance présidentielle ? Ouyahia pourrait bien voir d?un mauvais oeil toute initiative politique qui bousculerait ou concurrencerait le RND, parti qu?il dirige et auquel il ambitionne de faire jouer un rôle prééminent sur la scène politique. Un tremplin pour lui, au moment opportun...




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)