Alger - Revue de Presse


Le quotidien Le Matin face à un avenir incertain



Le personnel crée un comité de crise Trois jours après la suspension de la publication, le personnel du Matin a tenu hier une assemblée générale laissée ouverte en son siège à Alger. Réunion durant laquelle il a été question des actions à mener à même de « sauver l?entreprise et d?obtenir la libération de son directeur et gérant, Mohamed Benchicou », a indiqué Youcef Rezzoug, l?un des rédacteurs en chef de ce quotidien. L?assemblée générale a été sanctionnée par une déclaration qui sera adoptée et rendue publique aujourd?hui. Déclaration dans laquelle le collectif du Matin aura à énumérer les principales démarches qu?il envisage de mener dans les prochains jours. Deux grands axes y figurent. Le premier est lié à la libération de Mohamed Benchicou. Le second est relatif à la prise en charge des dettes de la Sarl Le Matin. Des copies de cette déclaration seront adressées à l?UGTA, ainsi qu?aux organisations internationales de travail. Un comité de crise a été également créé. Sa mission est de gérer la situation difficile que traverse l?entreprise. Le personnel du Matin semble décidé à ne pas baisser les bras. Il compte se déployer, de son côté, sur tous les flancs pour défendre ses droits. Même si le calendrier définitif des actions à entreprendre n?est pas encore fixé, il est clair que le collectif est déterminé à se battre pour la survie de son entreprise. « Nous sommes décidés à continuer à exister. Pour cela, il est impératif de faire tout pour la libération de Mohamed Benchicou », a affirmé Youcef Rezzoug. « Ce que nous demandons à la Simpral est de revenir aux règles de la commercialité. Tous les travailleurs, journalistes et assimilés ont réaffirmé leur détermination à se mobiliser pour faire face à cet acharnement du pouvoir contre leur entreprise, sans isoler le cas de Benchicou de celui de la suspension du Matin », ajoutera notre interlocuteur.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)