Algérie - Revue de Presse


Le point du mercredi



Lignes rouges pas-triotiques L?actualité est à l?invective. C?est le soldat Mellouk qui vient de recevoir un renfort de taille en la personne du colonel Benchérif, ancien membre du conseil de la révolution et patron de la gendarmerie nationale durant l?ère Boumediène. Vrai baroudeur et incontestable moudjahid s?il en fut, qui reprend du service afin de dénicher les faux moudjahidine infiltrés dans toutes les sphères de la planète « Algérie ». Parfois tapis à des postes insoupçonnés de la hiérarchie. Quoi de plus naturel que de véritables patriotes décident, en ces temps où la corruption et la concussion s?étalent à longueur de procès, de balayer dans les couloirs de la République ? N?était ce papier inattendu de Abdelaziz Rahabi, faisant l?éloge de l?indulgence, voire l?amnésie, l?affaire semblait vouée à l?endoréisme. Cette savante invention de nos oueds séculaires à aller s?égarer dans les sables du désert, loin du tumulte qui les a vu naître. Mais, c?était sans compter sur quelques relais inattendus. Il y eut d?abord cette affaire du lycée Med Djebli où un enseignant est accusé- CQFD- par son chef d?avoir injurié des symboles républicains. Dans la foulée, à en croire notre confrère Lakhdar Haggani, un directeur d?exécutif aurait qualifié -lors de la dernière session de l?APW- les importateurs de semences de pomme de terre de « groupe de Harkis à la solde de l?étranger ». Deux jours à peine après la fête du Moudjahid ! Ainsi va le patriotisme que certains assimilent à l?entrisme qui mène à tout ! Y compris aux dérapages les plus insidieux et les plus abjects. Heureusement que dans les deux cas, il s?est trouvé un responsable pour rappeler les lignes rouges.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)