Tlemcen - Mohamed Dib


Le poète ne chantera plus Par Loubna Bernichi

Le poète ne chantera plus Par Loubna Bernichi

Romancier, nouvelliste, conteur, essayiste, Mohamed Dib était avant tout poète au sens premier de créateur. Son écriture romanesque explore avec une exigence remarquable et audacieuse plusieurs possibilités.


Mohamed Dib n’est plus parmi nous. Le 2 mai 2003, le grand écrivain et poète algérien de langue française est mort à son domicile de la Celle-Saint-Cloud, à l’âge de 82 ans.Né le 21 juillet 1920 à Tlemcen, dans l'ouest algérien, orphelin de père, Mohammed Dib s’est intéressé à la culture française dès son bas âge.
Il obtient ses deux certificats d'études, l'algérien et l'européen, et devient instituteur en 1938. Il sera aussi comptable, traducteur et journaliste à Alger républicain. Durant la guerre, mobilisé, il s'inscrit à l'université d'Alger pour étudier les lettres. En 1951, il épouse une Française et adhère, pour peu de temps, au PCF. L’année d’après, Mohamed Dib publia le premier tome de sa trilogie La Grande Maison, paru aux éditions Le Seuil et obtient le prix Fénéon.
Ce premier roman décrit fidèlement l'atmosphère de l'Algérie rurale de la fin des années 1930, avec ses révoltes et ses espoirs. L'Incendie (1954) et Le Métier à Tisser (1957) complèteront cette trilogie romanesque.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)