Algérie



LE PHÉNOMÈNE S’EST AGGRAVÉ AVEC LA CRISE SANITAIRE: La forêt jijelienne en proie au pillage

LE PHÉNOMÈNE S’EST AGGRAVÉ AVEC LA CRISE SANITAIRE: La forêt jijelienne en proie au pillage


À la Conservation des forêts, on indique que les trafiquants de liège ont mis à profit le contexte sanitaire pour commettre leurs méfaits.

Avec l’apparition de bandes de trafiquants de liège qui s’attaquent aux gardes forestiers, c’est le pillage des richesses forestières dans la wilaya de Jijel qui franchit un nouveau pas. Ce seuil a été franchi au début de cette semaine, lorsque des agents de la Conservation des forêts ont été pris pour cible par des individus en usant de différents types d’armes blanches, qui voulaient les repousser pour qu’ils n’atteignent pas l’endroit où ils stockaient le liège pillé.

Alertés par des informations faisant état des agissements de ces éléments dans la localité de Boutouil, relevant de la commune d’Ouled Rabah, des gardes forestiers se sont déplacés sur les lieux. À leur arrivée, ils ont été attaqués avec armes blanches et pierres par des individus encagoulés. Devant ce guet-apens inattendu, un des véhicules des gardes forestiers a dérapé, pour ensuite se renverser sous une avalanche de pierres.

Le plus inédit dans cette affaire, lors de laquelle on estime à 350 le nombre d’arbres dont le liège a été enlevé, est l’apparition de bandes sévissant dans les massifs forestiers de cette wilaya, dont le couvert végétal représente plus de 80% de la surface globale. D’ailleurs, ce lundi, soit une journée après cette attaque, une autre alerte a été donnée sur une autre affaire d’arbres qui ont été massacrés dans une forêt de la localité de Ghedir El-Kebch, dans la commune de Bouraoui-Belhadef.

Sur les lieux, les gardes forestiers ont été surpris par la découverte d’arbres coupés et d’autres à l’écorce enlevée. Des vidéos mises en ligne par des jeunes de la région ont alerté sur ce massacre à grande échelle d’une des plus importantes forêts de cette commune. Si des enquêtes ont été ouvertes pour tenter de mettre hors d’état de nuire ces bandes de pilleurs, ces actes criminels sont de nature à porter atteinte à la reproduction d’une richesse forestière décimée, non seulement par ce pillage, mais encore par des incendies ravageant chaque année des centaines d’hectares.

À noter qu’au mois d’avril dernier, une centaine de sacs de charbon du bois, fabriqué à partir du bois pillé, a été saisi dans la région de Beni Ferguène, à El-Milia, à l’extrême nord-est. C’est dire que ces pratiques mafieuses n’épargnent aucune région de cette wilaya à la richesse forestière avérée.

À la Conservation des forêts, on indique que les trafiquants de liège ont profité de ce contexte sanitaire dû à la crise du coronavirus pour multiplier les attaques.


Amor Zouikri




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)