Alger - A la une


le Centre d'Alger toujours fermé Près d'une semaine après l'AId



le Centre d'Alger toujours fermé Près d'une semaine après l'AId
Boulangers, restaurants et autres commerces restent toujours fermés, près d'une semaine après la fête de l'Aïd El Adha. A Alger, les citoyens sont sérieusement pénalisés par les pénuries et le manque de produits de première nécessité.
Durant la journée d'hier, des files d'attente étaient encore perceptibles chez les quelques boulangers ayant daigné ouvrir. Bien que le pain soit relativement disponible, comparativement à la dernière fête de l'Aïd El Fitr, «la tension est restée la même», relève un citoyen. Mais les grands absents, constate-t-on, sont les restaurateurs dont la majorité écrasante a baissé rideau à la veille de l'Aïd. Les quelques fast-foods ouverts étaient pleins de monde et assuraient un service aléatoire. On croit savoir que de vieux stocks ont été écoulés par des commerçants indélicats. Même les marchés des fruits et légumes n'offraient pas grand choix à des citoyens qui ne s'attendaient pas à un congé aussi prolongé.
A la rue Tanger, commune d'Alger-Centre, à titre d'exemple, un restaurant et un boulanger étaient ouverts, alors que les quelques fruits proposés étaient plutôt disponibles dans les étals anarchiques. Au marché Redha Houhou (ex-Clauzel), la situation n'était pas meilleure. Le marché, a-t-on remarqué, était bondé de monde, alors que le nombre de commerces ouverts était insignifiant. Cette situation n'a pas pénalisé que les habitants de la capitale, les passagers et les travailleurs loin de chez eux étaient pris au piège par les assurances du ministère du Commerce, auquel la situation semble complètement échapper. «Il est inacceptable que la plupart des commerces restent fermés 5 jours après l'Aïd et que les services de tutelle ne prennent pas la moindre mesure coercitive», s'indigne un employé d'une société privée, originaire de Médéa. Il est à relever que la situation est moins contraignante au niveau des cités populaires, où les commerces sont un peu plus nombreux à ouvrir.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)