Algérie - Revue de Presse


La guerre en Irak

Déluge de feu sur Falloujah Le Premier ministre irakien a pris hier une décision lourde de responsabilité en ordonnant - ou en endossant la décision - de donner l?assaut sur Falloujah. « Je donne autorité à la Force multinationale et je demande aux forces irakiennes de l?épauler. Nous sommes déterminés à nettoyer Falloujah des terroristes », a-t-il dit lors d?une conférence de presse. C?est donc le début de la fin dont on perçoit déjà la manière. Le siège de Falloujah en était hier à son soixantième jour et la ville manque de tout, sauf de combattants qui refusent de se soumettre aux Américains et aux hommes du nouveau pouvoir irakien. Déjà vidée de l?essentiel de sa population, cette ville, située à 50 km à l?ouest de Baghdad, est cette fois définitivement bouclée puisque plus personne n?est autorisé à y entrer ou à en sortir. Dans le même temps, l?aviation et l?artillerie américaines intensifiaient leurs bombardements après la prise du principal hôpital de cette localité, en prélude à un assaut, au lendemain de l?imposition de l?état d?urgence en Irak pour une durée de 60 jours. Au moins, huit personnes ont été blessées dans les violents bombardements dimanche soir, a affirmé un médecin d?un hôpital de la ville qui a appelé « les organisations internationales à l?aide ». Pendant ce temps, commence la macabre description du pool de presse. Aussi, apprend-on, « le 36e bataillon irakien des commandos s?est emparé sans combat du principal hôpital de Falloujah », selon un autre journaliste accompagnant les troupes. Ils ont arrêté plusieurs personnes sans « tirer une seule balle » dans l?hôpital situé dans la partie ouest de la ville. L?assaut a été mené par plusieurs centaines de soldats irakiens qui ont été transportés sur les lieux par des véhicules militaires américains et sous escorte américaine. L?opération, menée durant la nuit d?hier, pourrait marquer le début de l?offensive contre la ville, estime-t-on de même source. Selon un officier, les forces américaines ont aussi pris le contrôle de deux ponts sur l?Euphrate au sud-ouest de la ville, dont la grande majorité des quelque 300 000 habitants a déjà pris la fuite. Environ 20 000 soldats américains et irakiens sont massés autour de Falloujah. L?armée américaine a interdit à tous les hommes âgés de 15 à 50 ans l?accès ou la sortie de la ville. Et tout laisse croire que le rouleau compresseur américain ne s?arrêtera pas à Falloujah. A Samarra (à 125 km au nord de Baghdad), l?aviation et l?artillerie américaines ont en effet bombardé dans la nuit deux quartiers ouest de la ville reprise en octobre par les troupes américano-irakiennes, selon un responsable de la police. Mais l?armée américaine a affirmé ne pas avoir d?informations sur une telle opération, alors que GI?s et forces de l?ordre irakiennes continuaient leurs perquisitions dans quatre quartiers nord de la ville. Samedi, une série d?attentats à la voiture piégée et d?attaques contre la police y a fait 36 morts, dont 26 policiers. Tandis que les autorités irakiennes décrétaient l?état d?urgence pendant soixante jours sur toute l?étendue du territoire, à l?exception du Kurdistan, la violence persistait notamment à Baghdad où deux véhicules ont été détruits par une explosion d?origine indéterminée alors qu?ils circulaient sur la route de l?aéroport. Au sujet de la décision qu?il venait de prendre, le Premier ministre irakien Iyyad Allaoui soulignait : « C?est un message fort pour montrer que nous sommes sérieux. Nous voulons sécuriser le pays pour que les élections puissent se dérouler de manière pacifique. » Le décret permettra aux autorités d?imposer des couvre-feux, d?interdire les réunions, de surveiller les communications et de procéder à des arrestations. Autrement dit, la manière forte, ou pis encore, le début du processus d?irakisation appréhendé depuis fort longtemps, soit depuis que les Américains ont décidé de mettre sur pied une force irakienne afin de combattre d?autres Irakiens, ce que les oulémas sunnites entendent interdire. « La participation des forces irakiennes aux côtés d?envahisseurs mécréants contre une cité musulmane comme Falloujah ou d?autres villes en Irak est un grand péché qui provoquera la colère de Dieu contre les coupables », affirme une fetwa (avis religieux) publiée par le Comité des oulémas musulmans. « Ne soyez pas dupes en affirmant que vous allez mener une bataille contre les terroristes étrangers, car en fait vous allez tuer des enfants, des adolescents et des personnes âgées », ajoute le communiqué des oulémas. Quant à l?état d?urgence, les premières mesures annoncées hier consistent en la fermeture des frontières et de l?aéroport civil de Baghdad, ce dernier pour quarante-huit heures. Ce n?est pas le couvre-feu qui inquiète tant, mais l?usage qui sera fait de l?aéroport.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)