Algérie - Revue de Presse


La guerre en Irak

Les pertes US plus lourdes Ces deux derniers jours ont été particulièrement meurtriers pour l?armée américaine, même si elle entend maintenir une certaine distance entre elle et les résistants irakiens. L?on parle ainsi de plus de 1100 tués, un chiffre révélé durant la campagne électorale aux Etats-Unis, et à vrai dire personne ne sait jusqu?où ira cet enlisement y compris le candidat démocrate John Kerry qui a annoncé un certain désengagement américain d?Irak et un plus grand engagement international. Ce qui n?est pas acquis, tout comme son élection qui se déroulait hier sur fond de violences désormais permanentes depuis mai 2003. Qu?on en juge. Une voiture piégée a explosé hier matin à Baghdad, théâtre de nouveaux enlèvements, alors que des centaines d?habitants quittaient Falloujah, bombardée dans la nuit. La journée d?hier a donc commencé avec l?explosion d?une voiture piégée dans le quartier d?Aazamiyah, dans le nord de Baghdad, faisant au moins 5 morts et 12 blessés. Plusieurs bâtiments publics entourent la place dont le ministère de l?Education et des établissements scolaires. L?on constatera que la violence n?a pas commencé avec cette nouvelle journée puisque la nuit était aussi moins agitée étant donné que l?armée américaine, qui depuis la mi-octobre a resserré l?étau sur la ville de Falloujah située à 50 km de Baghdad, y a mené de nouveaux raids aériens. Selon la version officielle US qui revient invariablement depuis quinze jours « un appareil de l?US Air Force a mené un raid ciblé contre une cache ennemie dans le sud-est de la ville et l?a détruite ». Mais selon des sources concordantes, de fortes explosions ont secoué la ville dans la soirée mais il n?a pas été en mesure de dire s?il y avait des victimes. Des centaines d?habitants quittaient hier la ville. « Il y a plein de voitures en train de quitter la ville, il y en a plus de 400 qui attendent de pouvoir sortir », a constaté un officier américain. De nombreux habitants ont quitté la ville ces derniers jours, craignant un assaut massif comme cela est envisagé aussi bien par la coalition qui a massé des forces estimées à plusieurs centaines d?hommes, que par la nouvelle autorité irakienne qui ne dit rien de moins. Le Premier ministre irakien Iyad Allaoui avait en effet réitéré dimanche ses menaces de lancer une offensive d?envergure sur Falloujah, accusée d?abriter l?islamiste Abou Moussab Al Zarqaoui, si une issue pacifique n?était pas trouvée dans les négociations avec les dignitaires de la ville. Mais le président irakien Ghazi Al Yaouar a exprimé son opposition à un assaut militaire contre Falloujah. Plus à l?ouest de Baghdad, et précisément à Ramadi, l?armée américaine a rapporté qu?« un cameraman travaillant pour une grande agence de presse a été pris sous le feu croisé » des marines et des résistants. Là également, l?armée américaine a doublé ses effectifs, les portant à 2000. Dhia Najem, un cameraman irakien de 57 ans, a apparemment été tué par un tireur embusqué alors qu?il travaillait pour l?agence de presse Reuters, a indiqué un correspondant de Reuters à Baghdad. « Il a apparemment été tué par un franc-tireur », a-t-il dit. Il n?a pas été possible de savoir si le tireur était un rebelle ou un soldat américain. Entre-temps, un Américain, un Népalais et quatre Irakiens employés de la Saudi Arabian Trading and Contracting Company (Satco) ont été enlevés lundi soir au siège de leur compagnie dans le quartier Mansour au c?ur de Baghdad, a indiqué le porte-parole du ministère de l?Intérieur, le colonel Adnane Abdelrahmane. Par ailleurs, le Département d?Etat américain a indiqué lundi que le secrétaire d?Etat adjoint, Richard Armitage partira jeudi pour une tournée d?une semaine au Proche-Orient et en Asie du Sud consacrée notamment à des entretiens sur la reconstruction de l?Irak. Le voyage de M. Armitage au Proche-Orient précède la conférence internationale sur l?Irak qui doit avoir lieu les 22 et 23 novembre en Egypte. Mais qui y croit vraiment ? Sauf, si cette conférence, qui tendra bien entendu à conférer une certaine légitimité à la guerre lancée contre l?Irak, part du principe du donnant, donnant, ou encore que tout se discute et se négocie.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)