Alger - Revue de Presse


La gestion de l'eau, une culture aussi



Le directeur de l'Agence hydrographique (ABH), Seybouse-Mellègue, M.Khatim Kherraz, a estimé, hier, lors du colloque international sur « la gestiondurable de l'eau en Méditerranée », tenu à l'université Mentouri deConstantine, qu'il faut aborder la question de l'eau dans ses trois dimensions,politique, économique et culturelle.  Contrairement aux précédentsrencontres où, le débat était purement technique, ce colloque, dira KhatimKherraz, permettra aux professionnels et experts algériens et français de sepencher également sur la culture de la gestion de l'eau. Autrement dit,l'implication des consommateurs dans la sauvegarde de cette source de vie quidevient rare et irrégulière.  La nouvelle politique de l'eauinitiée par l'Algérie en 1993, et la création, trois ans plus tard, soit en1996, des agences de bassin avec une mission de service public et desensibilisation sur l'importance de l'eau, reste quand même, selon le directeurde l'Agence hydrographique, à être traduite sur le terrain et rendre ses effetsperceptibles dans le quotidien de la population.  Il reste beaucoup à faire,dira-t-il, en matière de gestion intégrée et durable des ressources en eau quinécessite, plus que jamais, des moyens humains et matériels, et l'installationde mécanismes institutionnels ainsi qu'un dispositif économique solide. Parailleurs, lors de ce colloque qui s'inscrit dans le cadre de la journéeinternationale de l'eau, célébrée le 22 mars, les communicationss'articulaient, entre autres, sur les enjeux géopolitique, économique etculturel de l'eau, la protection de la qualité des eaux souterraines dans lespays du Maghreb, le glissement vers la pénurie d'eau douce dans le bassinméditerranéen au XXI siècle, et la nécessité d'une politique universelle del'eau qui s'impose, affirmaient les communicants, face à l'augmentation desbesoins en eau, à la pollution superficielle ou souterraine, aux changementsclimatiques, ainsi qu'aux conflits d'usage entre pays partageant un mêmebassin. A l'instar de beaucoup de pays méditerranéens, l'Algérie se trouveactuellement confrontée à la rareté de l'eau, suite à un déficit hydrologiqueet hydrique.  Selon Azzedine Mébarki, del'université de Constantine, le pays est appelé à mettre en oeuvre unestratégie conciliant différents types d'aménagement, à savoir l'exploitationrationnelle des eaux de surface, la réutilisation des eaux usées traitées et ledessalement de l'eau de mer.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)