Ain-Defla - Bougara Si M’hamed


La fondation Mémoire de la Wilaya IV historique rend hommage au colonel Si M’hamed Bougara

La fondation Mémoire de la Wilaya IV historique rend hommage au colonel Si M’hamed Bougara
Le 5 mai 1959 tombait au champ d’honneur l’enfant de Khemis Miliana

La salle Kawakeb de Khemis-Miliana avait du mal à accueillir tous ces moudjahidine et moudjahidate venus, jeudi matin, de toutes les communes environnantes, de toutes les wilayas environnantes, de pratiquement chaque douar qui faisait partie de l’historique Wilaya IV, du temps de la glorieuse Révolution armée de Novembre. Des moudjahidine mais également des jeunes, beaucoup de jeunes, des étudiants du centre universitaire venus en masse participer à ce devoir de mémoire et recevoir, comme espéré et ardemment souhaité par les intervenants du flambeau de Novembre, pour raviver et veiller à ce que jamais ne s’éteigne cette flamme qui a guidé les Algériens vers un héroïque combat, une unique révolution pour le recouvrement de l’Indépendance, de la dignité.
L’occasion de cette rencontre était un devoir de mémoire envers le chahid de l’Algérie, l’enfant de Khemis-Miliana, Ahmed Bougara. L’un des héros de Novembre, l’un des chefs de l’historique Wilaya IV, le colonel Si M’hamed Bougara revivait à l’occasion de la commémoration du 47e anniversaire de sa mort. Présente en force, la fondation Mémoire de la Wilaya IV lui a rendu de fait un hommage et apporté de nouveaux éclairages tant sur le parcours combattant du chahid que sur sa personnalité, ses qualités humaines et son immense amour de la patrie.
Grand moment d’émotion quant Mme Sakina Messaâdi, ancienne membre du gouvernement et “fille de moudjahid et sœur de deux chouhada”, a exhorté la jeunesse présente à ne pas oublier et à perpétuer le serment de Novembre : “la France coloniale est encore présente, elle nous guette toujours.”
Le président de la fondation, le dernier chef de l’historique Wilaya IV, le Dr Youssef El-Khatib, dit Si Hassen, a, pour sa part, présenté en une longue intervention le parcours du chahid Si M’hamed Bougara. Un témoignage vivant de la part de celui qui l’a côtoyé et qui, humblement, fait part de ses extraordinaires capacités de chef, qui préférait cependant la direction collégiale, où chaque responsable ayant son mot à dire, chaque décision étant prise à l’unanimité et appliquée sur le champ.
Si M’hamed Bougara, qui avait pris part activement à la rédaction des textes du Congrès de la Soummam, tenu le 20 août 1956, a tenu, témoigne le colonel Si Hassen, “à en appliquer à la lettre les recommandations. C’est grâce à lui en partie que notre Révolution a réussi.” Né en 1928, le 2 septembre à Khemis-Miliana, Ahmed Bougara a adhéré très jeune au Mouvement national des Scouts musulmans algériens au PPA, il est arrêté après le soulèvement populaire et les massacres qui ont suivi le 8 mai 1945. A 19 ans, il goûte déjà aux geôles coloniales. Membre de l’OS, il est arrêté de nouveau après son démantèlement, condamné à deux années de prison et interdit de séjour dans le département. Il milite dès lors clandestinement à sa libération dans le quartier de Belcourt, actuellement Belouizdad, à Alger.
Au déclenchement de la Révolution, il est chargé par le futur colonel Amar Ouamrane de la propagande et de l’organisation politique dans la région de Chlef. Du Zaccar à Djebel Amrouna, de l’Ouarsenis au Dahra, Si M’hamed multipliait les contacts pour expliquer l’objectif de la Révolution, recruter des djounoud, collecter des fonds et des armes.
Le 5 mai 1959, la mort était au rende-vous au douar Ouled Bouachra, dans l’actuelle wilaya de Médéa. Le chahid avait marqué de son empreinte la Révolution.






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)
Numéro commentaire : 81
Posté par : kader
Profession : chômeur
Date : 07/05/2007
Message : Merci. Notre intervention à propos de l'erreur affichée auparavant fut si crue , il faut le reconnaitre(à propos de Bougara). Toutes nos excuses!!! Toutefois sachez quand même que nous apprécions si bien le travail que vous faites .C'est pour cette raison que nous nous permettons de faire des remontrances ...parfois dures. Vous nous en excusez. Bon courage quand même. Si vous avez besoin de documents sur Khemis Miliana (photos,écrits,récits et statistiques , nous sommes là pour vous servir. A bientôt P.S: contactez nous à ce courriel: jimmyfredson@yahoo.fr Vous verrez , vous serez très satisfaits.



Numéro commentaire : 78
Posté par : kader
Profession : chômeur
Date : 05/05/2007
Message : C'est grave de se tromper comme ça de date. La mort du Martyr Bougara eut lieu le 5 mai 1959. Dommage que vous ne relisez pas vos articles avant de les publier.Ceci nous démontre que vous ne prenez pas au sérieux votre travaill. Sinon comment expliqurez vous ces coquilles? Est-ce de l'arrogance et du mépris pour vos lecteurs? C'est encore plus grave, je pense. Nous revisiterons votre site pour vérifier si vous tenez compte réellement des remarques de vos visiteurs. Bonne continuation.