Algérie - Revue de Presse


La fin d?un cauchemar pour 182 familles



Haï Kattara, l?un des plus importants bidonvilles situés dans la circonscription de Béchar Djedid (5 km du chef-lieu de commune), est en voie d?être éradiqué. C?est aujourd?hui fête et la fin d?un cauchemar qui n?a que trop duré pour les 182 familles ayant vécu pendant de nombreuses années dans ce bidonville. Ces familles ne sont pas prêtes d?oublier une situation désespérée, vécue dans des taudis privés de tout et surtout exposées à la chaleur suffocante de l?été et au froid glacial de l?hiver. Elles vont enfin pouvoir goûter au confort et aux commodités d?un logement social neuf, loin de la hantise des intempéries et de l?insécurité propres aux bidonvilles. L?attribution des logements ne sera cependant concrétisée et le déménagement des familles effectué que dans une semaine au cours de laquelle les sinistrés vont devoir s?acquitter (pour chaque famille) de la somme de 3 à 4 millions de centimes, selon le type (F2 ou F3) du logement social, auprès de l?OPGI, et d?un loyer mensuel de près de 2 000 DA/mois. C?est ce qui a été annoncé, dimanche 18 juillet, à l?institut de formation des personnels des collectivités locales (ex-CFA), par le wali de Béchar, au cours d?une rencontre avec les familles sinistrées, dans une opération de vérification des listes des bénéficiaires, en collaboration avec les représentants désignés des sinistrés. Une autre opération de recasement des familles démunies est attendue dans les tout prochains jours et clôturera ainsi l?éradication totale de l?habitat précaire dans le chef-lieu de wilaya. Les pouvoirs publics locaux sont déterminés à raser prioritairement ces habitations hideuses sur l?ensemble de la wilaya, indique-t-on. L?éradication par engins lourds des taudis dans lesquels logeaient ces familles va débuter aussitôt après leur transfert vers leurs nouvelles demeures, car les autorités locales craignent que d?autres citoyens en quête de logements se substituent à des familles et occupent les mêmes baraquements, mettant ainsi les pouvoirs publics devant le fait accompli pour exiger à leur tour d?être recasés. C?est pour briser, affirme-t-on, ce cercle vicieux que les autorités locales ont décidé de raser ces habitations sinistres.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)