Algérie - Banques


La BADR autorisée à garder son ancienne clientèle

La conférence des cadres organisée, hier, par la Banque de développement rural (BADR) à l’hôtel Riad de Sidi Fredj, a été l’occasion pour le premier responsable de cette institution financière publique, de procéder à une première évaluation de ce qui a été fait à la lumière des dernières directives de sa tutelle. En effet, M. Boualem Djebbar, qui a succédé il y a de cela deux mois à M. Ferhat Mecibah à la tête de la BADR, a indiqué que «sa banque a assuré jusque-là 419 milliards de dinars pour le financement de projets dont plus de 80% du secteur privé». Considérée comme l’une des banques «les plus importantes du fait de sa spécialisation dans le financement des projets relevant du domaine agricole», la BADR, selon son premier responsable, «joue un rôle important dans l’accompagnement de financement des projets, dont une grande partie se recense dans le domaine agricole, mais également dans des activités que la banque n’est plus autorisée à accompagner». Cependant, à en croire M. Boualem Djebbar, le ministère des Finances a autorisé la BADR de «maintenir dans son portefeuille la clientèle qui a jusque-là été informée de ne plus bénéficier du financement de la banque». Il s’agit d’une mesure, a-t-on appris de source proche de la direction générale de la BADR, que «la tutelle a autorisée du fait de l’importance des projets lancés mais aussi des financements déjà octroyés». Sur ce chapitre, on peut citer notamment des activités liées aux secteurs de l’agroalimentaire, des boissons, de l’emballage. Le patron de la BADR, lors d’un point de presse organisé en marge de cette rencontre, a fait état des activités de l’institution qu’il préside au premier semestre de l’année en cours. Il a été également question de rendre compte des autres opérations de financements, particulièrement celles liées à l’emploi de jeunes. A ce sujet, on indique que la BADR a financé au titre de l’emploi de jeunes (l’ANSEJ), près de 30.000 projets pour un montant de 38 milliards de dinars, alors qu’au titre du dispositif CNAC, ils sont 701 projets à être financés pour un montant de 1,022 milliard de dinars. La nouvelle direction de la BADR, saisie de l’épineux dossier des créances de sa clientèle, compte mettre en place, ajoute la même source, une stratégie de «recouvrement qui permettra à toutes les parties (banque et clientèles) de préserver leurs intérêts».

 



Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)