Oran - Patrimoine Immobilier


L’Union européenne se penche sur le vieux bâti oranais

La ville d’Oran bénéficiera d’une aide conséquente pour la réhabilitation et la revalorisation du centre historique de Sidi El-Houari, dans le cadre du projet euro-méditerranéen «Archimed», apprend-on auprès de sources proches de l’APC d’Oran.

Le projet intitulé «réhabilitation du patrimoine ancien», qui est inscrit dans le cadre de l’accord de jumelage et de coopération entre les villes d’Oran et de Bordeaux, a été longuement discuté, lors de la visite effectuée par l’ambassadeur de France à la mairie d’Oran, mercredi dernier.

Nos sources soulignent que ce projet, né de la volonté des villes du groupe Euromed des Eurocités de prendre une part active dans la relance du partenariat euro-méditerranéen, ciblait dans un premier temps la ville d’Oran, la ville libanaise El Mina, la ville portuaire italienne Gênes, et la ville française Bordeaux. Néanmoins, indique notre source, avant de recevoir le dossier des quatres villes, la commission européenne a demandé à ce que d’autres villes partenaires soient intégrées pour renforcer ce projet. C’est ainsi qu’ont été intégrées les villes de Beyrouth, Venise et Istanbul.

Pour Oran, ce projet portera, en premier lieu, sur un diagnostic du quartier Sidi El-Houari, centre historique par excellence de la capitale de l’Ouest, avant d’entamer l’étude de réhabilitation. Ce travail doit être réalisé par des techniciens des deux villes (Oran et Bordeaux), selon le document examiné lors de la visite d’une délégation de la commune d’Oran à Bordeaux au début du mois de mai dernier. L’étude de réhabilitation urbaine du quartier Sidi El-Houari répond à la vocation de métropole méditerranéenne de la ville d’Oran et à sa place dans le maillage urbain national. Elle devra s’inscrire dans la démarche de développement durable prenant en compte les impératifs sociaux, économiques, urbains, environnementaux, ainsi que l’aspect touristique.

Le projet vient d’être retenu par la commission européenne qui a débloqué une première enveloppe financière de 700.000 euros pour l’étape diagnostic qui s’étalera sur deux années.

La première année sera consacrée essentiellement à l’organisation de séminaires et autres journées d’études. Le diagnostic et l’étude se feront dans le cadre d’ateliers croisés par des équipes d’architectes, spécialistes et de techniciens des deux villes. L’initiative pilote, «Archimed», s’inscrit en droite ligne des objectifs du groupe Euromed (créé en 2000 et réunit une cinquantaine de villes euro-méditerranéennes) visant à promouvoir l’engagement des collectivités locales dans le partenariat euro-méditerranéen et à créer un espace de dialogue, d’échanges et de coopération entre les villes de la Méditerranée.

Pour rappel, le quartier de Sidi El-Houari, pris comme quartier pilote, est classé zone d’habitat historique, réalisé généralement avant 1930 et constitue l’un des premiers centres urbains de la ville. Cette zone est caractérisée par une qualité architecturale exceptionnelle et englobe d’importants sites historiques. La requalification de ce patrimoine immobilier ancien passe inéluctablement par une démarche scientifique multidimensionnelle (urbaine, sociale et économique). Le tissu de la ville comprend un certain nombre d’immeubles représentant une culture non algérienne, mais constituant néanmoins des témoignages de l’histoire d’Oran. Cependant, ce patrimoine devrait faire l’objet d’opération de requalification et de protection, et c’est dans cette optique que s’inscrit le projet «réhabilitation du patrimoine ancien».



Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)