Algérie - Revue de Presse


L?imprévu

L?irruption de Ben Laden dans le débat électoral américain pèsera-t-elle sur le sort des deux candidats en lice ? Il s?agit de savoir en effet qui du républicain Bush ou du démocrate Kerry tirera profit de la dernière vidéo que vient d?enregistrer le chef du réseau terroriste Al Qaîda. En l?état actuel des choses, c?est George W. Bush qui doit être dans ses petits souliers, car celui qui voulait capturer Ben Laden mort ou vif a échoué sur toute la ligne. Non seulement l?homme dont il a fait l?ennemi public numéro 1 de l?Amérique est toujours insaisissable, mais il se permet de faire irruption dans la vie américaine quasiment à la veille du vote du 2 novembre sur lequel il entend peser en renvoyant dos à dos Bush et Kerry qu?il voue pareillement aux gémonies. Le candidat démocrate a pourtant l?avantage de pouvoir affirmer aux électeurs américains qu?il se ferait fort, une fois élu, d?arrêter Ben Laden ; ce que n?a pas pu faire son adversaire qui s?y était engagé après les attentats du 11 septembre 2001. Il ne fait pas de doute que la sortie de Ben Laden a permis au candidat Kerry de décocher quelques cinglantes piques à un George W. Bush un peu décontenancé de voir le chef d?Al Qaîda se mêler d?infléchir la campagne électorale à son tournant le plus fatidique. Il en aurait été autrement si Ben Laden se trouvait prisonnier des Américains, ce qui pouvait donner à Bush un motif de bomber le torse. Le dernier message du chef d?Al Qaîda et les menaces explicites qu?il contient remettent d?une certaine façon les choses au point où elles étaient depuis les attentats terroristes du 11 septembre. L?Amérique demeure la cible privilégiée de Ben Laden, et il ne craint pas, parlant d?égal à égal avec Bush et Kerry, de les déclarer inaptes à prendre la mesure du terrorisme et donc à le juguler. Le débat est pourtant faussé si on n?admet pas que les Américains, républicains ou démocrates, ne se détermineront pas par rapport à l?effet Ben Laden, mais à la pérennité de l?Amérique quel que soit le Président qui en conduira les destinées. Que ce soit Bush ou Kerry, il est manifeste que le choix des Américains isolera encore plus le terrorisme international et réduira ses capacités de nuisance. Car le Président américain qui sera élu ne pourra pas exclure, tant que Ben Laden est libre de ses mouvements, la part de l?imprévu.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)