Algérie - Revue de Presse


L?espace d?un engouement



Du haut de son piédestal, l?insalubrité n?en finit plus de nous narguer. Elle se nourrit de réflexes apathiques, de fuites en avant, de relâchement du civisme, d?une démission perverse. Elle nous force à contempler son nombril, à la révérer presque, tel un édifice monumental et poussiéreux. Nous voilà empêtrés dans un vécu où hélas ! la saleté tient le haut du pavé. Fatalité transcendante ? Impuissance patente à la juguler et à réduire ses méfaits ? Expression lancinante et exacerbée d?une passivité latente qui répugne à trancher dans le vif et nettoyer les « écuries d?Augias » ? On ne sait trop quoi dire. Pourtant l?acuité du problème et sa persistance tenace sonnent comme des meurtrissures. Une tunique de Nessus qui nous vaut tant de maux. L?hygiène publique, ce grand perdant, subit des atteintes parfois inadmissibles. C?est devenu un frêle bateau perdu au milieu d?une onde courroucée. Un phare désuet, battu furieusement par les vagues. Mais voilà qu?un engouement juvénile s?installe comme par effraction. Il part en guerre contre la pestilence. C?est la chasse aux ordures, enfiévrée, fébrile et spontanée. Le ras-le-bol est son accoucheur. Un élan de la volonté s?entête à revivifier le quartier et à le débarrasser de sa gangue putréfiée. L?éclosion brutale de cet acte qui réhabilite le sens civique et lui fraie un passage sporadique a de quoi réjouir. On sonne le glas d?une situation qui frise l?adversité. Nous retrouvons l?espace d?une initiative, le vieux principe de la solidarité. L?esprit se déleste de ses présomptions pour faire ?uvre utile. Les chaînes du laisser-aller sont brisées. C?est un moment d?effervescence tonifiant. On intègre subrepticement la sphère du vouloir positif qui balaie la sclérose. Cet effort sur soi révèle, le temps d?un interstice, qu?il n?y a rien d?irrémédiable. Même si cette percée de la volonté rechute, condamnant les actes à une permanente ambiguïté.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)