Oran - Revue de Presse


Intempéries

Le spectre des inondations Treize heures, boulevard Zirout Youcef, centre ville d?Oran. Il n?a fallu qu?un petit intervalle de temps à la pluie pour que la voie soit submergée. Les eaux pluviales sont alors charriées du plateau Saint-Michel au centre ville. Des images qui ont suscité bien des craintes chez les riverains. Dans une ville qui manque grandement d?avaloirs, toutes les craintes semblent justifiées. Le fameux projet de la pose de 1 000 avaloirs sur les voies urbaines tarde en effet à se concrétiser. « Des études sont encore à réaliser par les spécialistes afin d?avoir une vision claire de la situation, quitte à débloquer les crédits nécessaires s?il le faut », avance une source de la Direction de l?hydraulique. Autre grand souci pour Oran : le vieux bâti. Les regards sont souvent braqués vers le laboratoire de contrôle (CTC) censé être le premier rempart contre le risque. Le cadre de vie en question Le CTC est souvent présenté comme un rempart contre le risque. Cependant, il fera souvent l?objet de critiques découlant, en grande partie, de la confusion entre les missions, pourtant distinctes, de suivi et de contrôle. Bien des débats ont souvent lieu. Débats qui ont tourné essentiellement autour de la problématique de la qualité du cadre bâti. « L?idéal étant de mettre chaque intervenant devant ses responsabilités en matière de qualité des travaux, notamment dans les corps d?état secondaires où les finitions laissent très souvent à désirer », estime un urbaniste. On apprend, dans ce sens, que le ministère de l?Urbanisme a récemment exhorté les « contrôleurs » à continuer à faire la chasse aux malfaçons et autres vices dans les projets qu?ils contrôlent. « Des mesures très importantes pour contrôler les inondations doivent être prises. Il s?agit du reboisement, de la construction de digues, de barrages, de réservoirs et de canaux d?inondation qui servent à contenir ou détourner les cours d?eau », propose notre chercheur universitaire. Le port d?Oran a également payé le prix fort après avoir fait l?objet de dégâts lors des inondations de 2001. « En bordure de mer, des digues peuvent pourtant être construites pour lutter contre l?avancée de la mer. Ce qui amène à la nécessité de la construction d?une barrière en prévision d?inondations marines », soutient encore notre interlocuteur.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)