Blog


Inédit-Il paraîtra incessamment : Le parcours de Cheb Hasni en un livre



Ce livre a pour principale vocation de rendre hommage à une vie et une expérience musicale commune. Il a été écrit dans un langage clair et concis pour un large public. Ce document biographique raconte les débuts artistiques du chanteur qui a su donner un nouveau cachet au Raï, ce qui lu a valu le surnom de «Rossignol du Raï», il a mis en exergue sa vie sentimentale et surtout sa sensibilité. Condensé en plusieurs parties, Malouka évoque, au début du livre le quartier Gambetta (Oran) où a vécu Hasni, sa famille, particulièrement son frère aîné qui a toujours été à ses côtés, ses amis, ses proches et les chanteurs qui l’ont côtoyé, ainsi que sa passion inconditionnelle au ballon rond. Il a d’ailleurs toujours rêvé d’être un joueur professionnel au sein de la sélection nationale. Ce livre est une invitation à la cognition, la connaissance, l’émerveillement, une escapade à travers le temps pour découvrir les plus belles étapes de la vie de Cheb Hasni. Cette bibliographie, première du genre, est, en fait, un panorama complet de la chanson sentimentale. «Lorsque la malveillance tue l’amour», retrace abondamment les valeurs d’une vie faite d’amour et de haine, du bon et du moins bon, des hauts et des bas. Des sensibilités à ne pas heurter, aussi bien sur le plan individuel que sur le plan collectif.Cheb Hasni qui a embelli notre patrimoine musical dans les règles de l’art depuis plusieurs époques, et il demeure toujours d’actualité. Sa voix suave a bercé plusieurs générations et a réalisé une extraordinaire prouesse artistique. Modeste, humble, d’une débordante générosité, avec un cœur rempli d’humanisme et un sourire des plus radieux, ses fans ne l’oublieront jamais. Cheb Hasni a chanté l’amour et l’espoir et a su conquérir un public jeune. Cheb Hasni, de son nom Hasni Chakrou, est né en février 1968 à Oran. A l’issue de sa scolarité au CEM Bachir-Kabassi de sa ville, le jeune Hasni, qui pratiquait le football, a décidé de se consacrer à la musique. Fan de Blaoui El Houari et d’Ahmed Wahbi, il intègre l’orchestre de Nouri Kada où il interprète des chansons du terroir oranais avant d’enregistrer sa première cassette en 1986, dans laquelle il chante en duo avec Chaba Zahouania. Il donnera des concerts en Algérie avant de se produire en France puis aux Etats-Unis. L’artiste, qui compte à son actif plus de quatre cent chansons, dont «Achek Galbi», «Alach ya aniya», «Ayit ma nasbar», «Dak Ezzine», et dont les thèmes de prédilection sont l’amour, la séparation mais aussi la déception. Il nous quitte le 29 septembre 1994, victime d’un attentat terroriste.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)