Biskra



Il estime qu'il y a une cohésion entre le «Hirak» et l'ANP.. Le MSP plaide pour une gouvernance de consensus



Le président du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP), Abderrazak Mokri, a estimé, vendredi soir à Biskra, qu'il règne une cohésion entre «le «Hirak» et l'ANP, et c'est cette dernière qui est en mesure, selon lui, «de permettre l'émergence d'une Algérie nouvelle».«La cohésion entre la force et la solidité du Hirak, la concrétisation de l'engagement de l'armée dans l'accompagnement vers une transition politique respectant la volonté du peuple, à côté de la cristallisation des solutions et propositions de l'élite, représentée par les organisations et les partis politiques, sont en mesure d'assurer la réussite d'une réelle transition vers une Algérie grande et solide», a affirmé le responsable politique, lors d'une conférence tenue en marge d'une activité sociale, organisée par sa formation politique dans la capitale des Ziban. Abordant la justice et les dossiers de corruption, M. Mokri a précisé que «la traduction en justice des corrompus était difficile, si ce n'est le poids du Hirak et de l'institution militaire», attestant «qu'afin de garantir la lutte contre la corruption, nous devons assurer l'efficacité, la pérennité de la justice incarnée par les institutions».
Il a, dans ce contexte, ajouté que «pour renforcer l'intégrité de la justice et son indépendance, il faut libérer le Conseil supérieur de la magistrature du contrôle de l'exécutif». Le responsable politique a également indiqué que son parti estime nécessaire «le respect de la volonté du peuple, avec le départ des trois «B», la démission du président du Conseil constitutionnel et la nomination d'un nouveau président pour ce Conseil, et la démission du Chef de l'Etat».
Il a poursuivi en considérant que dans une deuxième étape, «un dialogue devrait être ouvert entre les élites et le nouveau président, pour arriver à un compromis sur un gouvernement de consensus, une instance indépendante de surveillance des élections, des modifications fondamentales dans le code électoral et la loi sur les partis, et le passage à une période de transition de six à neuf mois maximum».
Le président du MSP a également souligné que sa formation politique rejette la discrimination fondée sur le régionalisme, l'idéologie ou l'appartenance ethnique, mettant en avant l'importance du «respect des composantes du peuple algérien». Evoquant l'inculpation de la cheffe du Parti des Travailleurs, le même responsable a indiqué que «la rencontre entre les personnalités et la consultation en soi ne constituent pas un obstacle juridique, mais le thème de ces réunions et les résultats qui en découlent demeurent objet de suivi judiciaire».




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)