Algérie - Revue de Presse


Hommage : La mort d?une retraitée

Nous sommes en 2005, Lala Hafsa venait de prendre sa retraite de chef ? lingère dans un lycée de la capitale. Célibataire, elle dépassait la soixantaine et n?avait aucun ancrage familial. Son unique horizon ? L?établissement où elle avait trimé une quarantaine d?années de sa vie. Elle y occupait un petit logement d?astreinte. L?heure était à l?angoisse .Des expulsions frappaient des « indus ?occupants » : de simples retraités dont certains n?avaient jamais bénéficié de logement de la part de l?Etat. Par un chaud matin de Juillet elle entendit frapper à sa porte. Son c?ur battait la chamade : « et si c?était le ??loussi ? » se demanda ? t - elle. Effectivement l?huissier de justice lui ramenait la mise en demeure de quitter les lieux.Au seuil de la porte du logement maudit, Lala Hafsa tomba raide morte. Son c?ur venait de lâcher. Que Dieu ait son âme en cette Journée mondiale de la Femme. Le droit au logement ne peut se confiner aux seules femmes divorcées. Et les autres ?




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)