Batna - Aurès


Histoire des Aures

LES AURES  un nom qui résonne comme la salve libératrice des gorges de tighanimine qui annonça novembre 1954.


Symbole de toutes les luttes et de toutes les résistance, cette vaste région du pays au passé chargé d’histoire et au présent fait d’espoir entend participer au même titre que les autres parties du pays ,au développement  national dans tous aspect.


Les « AURES » c est aussi loin que l ont remonte dans l histoire les escargotières les cavernes ET Les troglodytes avec les traces des premiers habitants c est aussi la numide de MASSINISSA et YOUGHOURTA c est MADAURE de saint AUGUSTIN  BAGAHI DE SAINT DONAT ,baghai qui deviendra des siècles  plus tard une place forte d’el kahina ,timagad ,theveste ,zana  les mystérieux dolmens de sila et l imposant et énigmatique medracen au pied de djebel bouarif l’histoires et la géographie  restant ici intimement liées ,les noms évoquent des lieux charges d’histoire les fiers INDOMPTABLE NUMIDE sont fait face aux deux GRANDE puissance armées de l époque  Rome et chartage romains ,phéniciens ,Vandales ET autres ,ils sont venus par la force ils on repartis de la même manière ne laissant comme témoins de leurs occupation que les ruines .


L’islam, compris dans son aspect libérateur  et de justice sociale, fut pris en charge par les même tribus AMAZIGH qui le portèrent triomphant jusqu’ au c½ur de l europe sous les ordres de TAREK quand les héritiers  des romains débarquaient en juillet 1830 à Alger ,les Aures reprend  de nouveau leur vocation naturelle de refuge et de citadelle imprenable pour les résistants et les moudjahidine et ce jusqu en MARS 1962.


BEN BOULAID ,LAMOURI, LAGHROUR ABBES, CHIHANI BACHIR, ALI SOUAI ET  tous les autres martyrs illustres et anonymes ,la géographie c est ce relief tourmenté qui fait l’originalité du massif et son prolongement naturel  des Nememcha et les hauts lieux DJORF GUENTIS ET TABARDGUA ,paysage sauvages et majestueux à la fois chargés des forets au nord et rangés par le désert au sud les cimes enneiger de Chelia et des djebels Mahmel et Ichmeoul ,les vallées verdoyantes ses vergers chargés d’amandes et d ‘abricots de MENAA et N’gaous notamment plus au sud c est M’chouneche et ses palmiers les balcons de Rouffi sur la route de Biskra en longeant l imposant djebel Boutaleb  c est brèves évocations ne sauraient restituer la magie des AURES  qui restent malheureusement exclus de tous les itinéraire touristiques comme restent ignorés et condamnés à la disparitions à brève échéance les poteries d ‘el KANTARA , les bijoux de Tiffelfel et tapis de Nememcha  et HRAKTA un pan


Entier de l histoire et du pays risqueraient de sombrer dans l oubli victimes de clichés et de préjuges facile et simplistes.  


(révolution africaine)






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)
Numéro commentaire : 106
Posté par : rachid hamatou
Profession : journaliste
Date : 31/05/2007
Message : une explication et simplicte. Glorifié la région des aures, ne donne pas à manger aux chaouis.