Alger - Revue de Presse


HARKIS



Traitement particulier Mohamed Chérif Abbas, ministre des Moudjahidine, a refusé « toute éventualité d?enterrer les dépouilles » de harkis en Algérie lors de son point de presse organisé avant-hier au siège de son département ministériel. Pratiquement au même moment, mais à Djenane El Mithaq, Michel Barnier, ministre français des Affaires étrangères, évoquait « la possibilité d?autoriser les harkis à voyager en Algérie ». Le timing de ces déclarations donne à penser que ce dossier fait l?objet d?un « traitement particulier » de la part des autorités des deux pays. Il s?inscrit inévitablement dans le registre de l?assainissement des questions par Alger et Paris. Cela à un moment où tout est fait pour consolider des relations jugées privilégiées entre les deux capitales. Lors de son passage sur France 2, à l?occasion de sa visite à Paris en juin 2001, le président Bouteflika avait bien assimilé les harkis aux collaborateurs de Vichy. Or, au journal Le Parisien, il lancera : « Je suis convaincu que le temps finira par faire son ?uvre en guérissant définitivement les blessures. » `Cela en prenant le soin auparavant de lâcher que Chirac « comprend parfaitement mon droit de n?avoir aucune sympathie pour ceux qui ont donné Jean Moulin et Larbi Ben M?hidi ». Et plus loin : « Nous ne pouvons forcément que nous exprimer par référence à des approches et des contextes différents tant sur le plan de l?appréhension de l?histoire que des données psychologiques et politiques actuelles de nos pays. » Il est utile de signaler qu?au lendemain de l?inauguration du mémorial des combattants de la guerre d?Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie, intervenue le 5 décembre 2003, Libération avait écrit que « pourraient surgir (de l?écran électronique), sans compter, les réclamations de familles, notamment de supplétifs harkis, s?estimant oubliées ».




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)